Show Less
Restricted access

Kritikfiguren / Figures de la critique

Festschrift für Gérard Raulet zum 65. Geburtstag / En Hommage à Gérard Raulet

Series:

Olivier Agard, Manfred Gangl, Françoise Lartillot and Gilbert Merlio

Diese Festschrift, die Gérard Raulet zu seinem 65. Geburtstag gewidmet ist, will den Dank des engeren Kreises seiner Kollegen und Schüler zum Ausdruck bringen, die von seiner Lehre und vom wissenschaftlichen Austausch mit ihm, insbesondere im Rahmen der von ihm 1982 gegründeten Groupe de recherche sur la culture de Weimar an der Maison des Sciences de l’Homme in Paris, entscheidende Anregungen erfahren haben. Die hier versammelten 27 Beiträge können nur einen bescheidenen Ausschnitt aus dem umfassenden Forschungsfeld widerspiegeln, das ihm zu seiner internationalen Anerkennung als Germanist, Ideengeschichtler und Philosoph verholfen hat.


Ce volume d’hommage dédié à Gérard Raulet à l’occasion de son soixante-cinquième anniversaire exprime la reconnaissance du cercle proche des collègues et élèves qui ont pu bénéficier de son enseignement et des échanges scientifiques entretenus avec lui, notamment au sein du Groupe de recherche sur la culture de Weimar qu’il a créé dès 1982 auprès de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris. Les 27 contributions qui y sont réunies s’efforcent de donner un modeste reflet de l’immense champ des recherches qui lui a valu sa réputation internationale de germaniste, d’historien des idées et de philosophe.

Show Summary Details
Restricted access

Des idées devenues inactuelles? Le rapport ambivalent au libéralisme dans le discours des juristes sociaux-démocrates weimariens: Nathalie Le Bouëdec

Extract

« Les idées libérales en tant que telles sont devenues politiquement inactuelles. »1 Le diagnostic fait par Hermann Heller en 1926 semble indiquer que pour les juristes sociaux-démocrates également, le libéralisme fut le « souffre-douleur »2 de la République de Weimar. Une lecture attentive de l’ensemble du passage montre toutefois que la réalité est bien plus complexe : Heller y souligne aussi que le courant libéral a produit un grand nombre d’institutions à ce point ancrées dans notre civilisation qu’elles ne pourront disparaître qu’avec elle et qu’une communauté socialiste devra aussi se bâtir sur ces fondements. C’est sur ce rapport ambivalent entretenu par les juristes sociaux-démocrates avec le libéralisme que nous nous proposons de jeter ici un éclairage3 à travers quatre figures : Hermann Heller (1891-1933), Gustav Radbruch (1878-1949), Hugo Sinzheimer (1878-1945) et Ernst Fraenkel (1898-1975). Ces juristes ont en commun d’avoir à la fois défendu la République de Weimar4 et développé une réflexion théorique visant à penser la transformation de l’ordre social dans le cadre démocratique et donc à légitimer une stratégie politique réformiste.5 Étudier leur rapport au libéralisme présente ← 415 | 416 → un double intérêt : d’une part, en raison de leur approche juridique du problème – si l’on considère que la question de la normativité juridique fut centrale dans la construction de la pensée libérale6, d’autre part, parce que les attaques contre le “libéralisme” visaient à l’époque bien souvent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.