Show Less
Restricted access

Kritikfiguren / Figures de la critique

Festschrift für Gérard Raulet zum 65. Geburtstag / En Hommage à Gérard Raulet

Series:

Olivier Agard, Manfred Gangl, Françoise Lartillot and Gilbert Merlio

Diese Festschrift, die Gérard Raulet zu seinem 65. Geburtstag gewidmet ist, will den Dank des engeren Kreises seiner Kollegen und Schüler zum Ausdruck bringen, die von seiner Lehre und vom wissenschaftlichen Austausch mit ihm, insbesondere im Rahmen der von ihm 1982 gegründeten Groupe de recherche sur la culture de Weimar an der Maison des Sciences de l’Homme in Paris, entscheidende Anregungen erfahren haben. Die hier versammelten 27 Beiträge können nur einen bescheidenen Ausschnitt aus dem umfassenden Forschungsfeld widerspiegeln, das ihm zu seiner internationalen Anerkennung als Germanist, Ideengeschichtler und Philosoph verholfen hat.


Ce volume d’hommage dédié à Gérard Raulet à l’occasion de son soixante-cinquième anniversaire exprime la reconnaissance du cercle proche des collègues et élèves qui ont pu bénéficier de son enseignement et des échanges scientifiques entretenus avec lui, notamment au sein du Groupe de recherche sur la culture de Weimar qu’il a créé dès 1982 auprès de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris. Les 27 contributions qui y sont réunies s’efforcent de donner un modeste reflet de l’immense champ des recherches qui lui a valu sa réputation internationale de germaniste, d’historien des idées et de philosophe.

Show Summary Details
Restricted access

Le républicanisme français à l’épreuve du libéralisme: Alexandre Dupeyrix

Extract

C’est indiscutablement l’un des grands mérites de Gérard Raulet que d’avoir voulu redonner du lustre à la pensée républicaine française et de l’avoir réintégrée dans la boucle des discussions contemporaines. Il n’est bien sûr pas le seul parmi les philosophes politiques français.1 Mais il est l’un des rares à avoir engagé le dialogue à la fois, pour le dire vite, avec les Américains et les Allemands – en comprenant du reste parfaitement que l’audience et la notoriété d’une théorie relèvent du soft power de l’influence culturelle et en choisissant donc de publier aux Etats-Unis et en Allemagne des recueils de textes reprenant ses thèses principales.2 Et c’est l’objet de cet article que d’exposer et de discuter certaines de ces thèses, au moins succinctement. Plutôt que de le faire dans le cadre du seul examen des discussions entre Gérard Raulet et ses interlocuteurs, notamment Jürgen Habermas, l’un de ses sparring-partners privilégiés3, je souhaiterais introduire un tiers dans la discussion : Jean-Fabien Spitz, philosophe politique, auteur de travaux originaux et stimulants sur la pensée républicaine française4, appuyant ses analyses, comme le fait G. Raulet, sur les textes fondateurs du républicanisme (notamment les écrits de Durkheim), mais les interprétant sous un angle légèrement différent : tandis que G. Raulet, spécialiste de l’histoire des idées allemandes, insiste sur les racines kantiennes de la pensée républicaine française...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.