Show Less
Restricted access

Pratiques plurilingues en milieu professionnel international

Entre politiques linguistiques et usages effectifs

Series:

Eve Lejot

Cet ouvrage appréhende les pratiques langagières plurilingues d’une entreprise aéronautique et d’une organisation internationales. Il a pour but de comparer le «prescrit» par les politiques linguistiques aux situations liées à des pratiques plurilingues quotidiennes ainsi que de repérer les facteurs déclenchant le choix de la langue de communication. Pour ce faire, cette étude se situe au carrefour des concepts de la linguistique, de la sociologie interactionniste et de la didactique. Des discours de différentes natures sont analysés au moyen de questionnaires, d’entretiens ainsi que d’enregistrements et d’observations de réunions. Finalement, un lien entre posture professionnelle et pratiques langagières est établi.
Show Summary Details
Restricted access

Première partie : Des milieux professionnels multilingues

Extract



Les milieux professionnels qui nous occupent comptent chacun des salariés d’origines21 diverses avec un site en Allemagne à Hambourg et une présence internationale forte. De profils différents, puisque l’un appartient à l’industrie et l’autre est opérateur institutionnel, ils se heurtent cependant tous deux à la gestion de la diversité des langues au travail avec des décalages entre les politiques affichées et la réalité des pratiques.

L’entreprise aéronautique se présente comme une institution monolingue mais traduit certains documents, tandis que l’UIL22 a tendance au bilinguisme tout en prônant le multilinguisme sur ces projets externes23.

Ces deux institutions représentent des dynamiques linguistiques opposées puisque l’une prône le monolinguisme et se voit contrainte d’offrir ponctuellement en interne des services multilingues, alors que l’autre base une partie de sa communication sur le multilinguisme et essaie régulièrement de contourner la règle pour se concentrer sur des activités monolingues. Cela étant, les contradictions ne sont pas des critiques de notre part, il ne semble pas qu’il y ait de stratégie linguistique idéale car la réalité ne se laisse pas définir en une règle fixe. Il semble néanmoins plus facile de valoriser une langue, de mettre des services multilingues à disposition par nécessité que de suivre le chemin inverse. En partant des mesures listées par le projet PIMLICO (2011, p. 2), nous allons regarder plus avant quelles solutions sont propos...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.