Show Less
Restricted access

Réconciliation ou reconnaissance ?

Essais sur la dynamique d’entente durable

Series:

Cyrille B. Koné

La paix et l’entente durable dans la famille, dans la cité supposent fondamentalement la reconnaissance qui consiste en un sens à retrouver une sorte de cohésion principielle. Les textes rassemblés envisagent la reconnaissance comme un acte mettant en avant le mouvement vers autrui ou avec l’autre. En tant qu’elle est fondée sur l’interaction des femmes et des hommes comme sujet de droit, la reconnaissance sous-tend la réconciliation, son horizon car celle-ci est une opération de restauration du lien social abîmé. Comment la réconciliation arrive-t-elle à s’inscrire d’une manière naturelle dans un espace politique conçu fondamentalement comme guerrier ? Est-ce par hapax historique, par aberration conceptuelle, par invention d’un nouveau possible ou par redécouverte de possibles anciens – songeons à la palabre (Bidima) ? De nouvelles lectures s’ouvrent ainsi aux divers problèmes qui sont l’ordinaire du politique : violence et pouvoir, morale et pratique politique, humanisme et politique, pauvreté et démocratie, pauvreté et violence, projet de paix perpétuelle, etc.
Show Summary Details
Restricted access

Section 1 : La proximité en question

Extract



Cyrille B. Koné

I. De l’anéantissement des distances

La question de la proximité est primordiale à l’époque actuelle où on désire rendre les choses spatialement, temporellement et humainement plus proches de soi. Cela conduit à vouloir « posséder l’objet d’aussi près que possible, dans l’image ou plutôt, dans son reflet, dans sa reproduction. »1. Le contexte de la globalisation, marqué par l’accroissement de la richesse, de la pauvreté et le surenchérissement de la vie place le problème au centre du débat familial, social, culturel, professionnel et étatique d’autant plus que la proximité entraîne dans son sillage la question importante du mieux-vivre-ensemble par-delà son rapport au sentiment, à l’émotion et à la souffrance. Le bien-fondé de la proximité est, outre la quête de la justice qui vise l’égalité, la reconnaissance, le rapprochement entre les citoyen(ne)s, la concorde sociale et le dialogue permanent dans le but de réaliser l’entente durable, l’épanouissement. On parle de plus en plus de la proximité pour exprimer les attentes des citoyens mieux que ne l’ont fait les concepts politiques classiques.

Le terme affirme la nécessité d’une rupture avec ce qui serait son opposé : la distance, la hauteur. Depuis la chute du mur de Berlin, c’est le « concept majeur » auquel aucun domaine de la vie humaine n’échappe. Il est présent partout dans nos langues, nos images et nos pensées. Il est pris en charge...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.