Show Less
Restricted access

Langage et Narration dans «Voyage au bout de la nuit» et «Mort à crédit» de Louis-Ferdinand Céline

Vincent Tchamy Kouajie

Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit de Louis-Ferdinand Céline sont deux romans dont les spécificités du langage assurent l’émergence de la narration et de la construction du sens. Les rapports entre langage et narration qui se dégagent des microanalyses se déclinent sous formes de procédés linguistiques que prennent certaines composantes formelles du récit. Ces procédés linguistiques par ricochet scandent et dynamisent le récit. La précision de la cohérence structurelle et narrative de ces romans, à première vue épisodiques, se situe au cœur de cette recherche. L’application de différents concepts de narratologie et des sciences du langage imposent à l’analyse une démarche multiperspectiviste. Cette recherche présente un récit célinien syntagmatique plutôt que paradigmatique.
Show Summary Details
Restricted access

8. «Quand dire c’est ne pas faire»: les personnages aux deux visages

Extract

Abstract : Ce chapitre s’inscrit dans le sillage du quatrième chapitre pour laisser entendre, dans les deux romans, le discours de certains personnages que viennent contredire leurs actions. Par son discours, lequel vient étaler la duplicité desdits personnages, le protagoniste oppose une résistance aux idéaux de courage patriotique, de morale religieuse et de discipline scientifique, prônées par les suggestions verbales de ces derniers. Comment déchiffrer de façon scientifique le paradoxe alambiqué du « mensonge » qui découle de la posture des personnages confrontés par le discours du protagoniste? La perspective sémio-pragmatique offre une possibilité au déploiement de l’analyse du plan conversationnel599 entre personnages du corpus. Le carré sémiotique quant à lui, avec son principe d’étayer les oppositions entre le « dire » et le « faire » textuel, aide à mieux comprendre le fonctionnement antinomique des femmes, du représentant du sacré et du savant dans les récits.

La critique n’a pas fini de découvrir les multiples facettes de l’immense génie de Louis Ferdinand Céline. Plus connu comme un auteur politiquement polémique, il n’en est pas moins un auteur poétiquement polémique. On le voit à la manière dont il développe, à travers le discours de son protagoniste Ferdinand Bardamu, une stratégie discursive de confrontation tout à fait originale. Ladite stratégie de confrontation, bien que pacifique, se veut efficace, car elle permet au narrateur600 ← 209 | 210 → de confondre et de tourner en dérision certaines catégories...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.