Show Less
Restricted access

Laboratorium der Moderne. Ideenzirkulation im Wilhelminischen Reich- Laboratoire de la modernité. Circulation des idées à l'ère wilhelminienne

Series:

Uwe Puschner, Christina Stange-Fayos and Katja Wimmer

Der Kaiser und seine Untertanen suggerieren vordergründig eine Uniformität der wilhelminischen Gesellschaft mit einer charakteristischen Leitkultur. Bei näherem Hinsehen erweist sich die wilhelminische Gesellschaft jedoch als ebenso hochgradig fragmentiert wie vielgestaltig und dynamisch. Gegenkulturen bestanden in nahezu allen gesellschaftlichen Milieus, vor allem aber im Bildungsbürgertum. Leitkultur und Gegenkulturen stehen im wilhelminischen Zeitalter und darüber hinaus in vielfältigen Wechselbeziehungen: sie agieren gegen- und miteinander. Gegenkulturelles Denken kann sich in der Leitkultur wenn nicht unbedingt etablieren, so doch zumindest Aufmerksamkeit gewinnen, mitunter auch Raum schaffen und die Leitkultur verändern. Sichtbar werden gleichermaßen wechselseitige Austausch- und Veränderungsprozesse. Vor dem Hintergrund der wilhelminischen Epoche als vielgestaltiger dynamischer Umbruchzeit wirkten die behandelten Phänomene graduell unterschiedlich in die Gesellschaft zurück und konnten mitunter noch im Wilhelminischen Reich oder in der Folgezeit Teil des mainstreams werden. Anhand dieser Beobachtungen sowie des Titels ordnet der Sammelband die wilhelminische Zeit in den weiteren historischen Kontext der Epoche der Klassischen Moderne ein.
L’empereur et ses sujets font surgir l’image d’une culture unique et uniforme de la société wilhelminienne. Cependant, à y regarder de plus près, cette société possède des visages variés, elle s’avère être hautement fragmentée et elle est traversée par des dynamiques multiples. Dans presque tous les milieux, mais en particulier dans la bourgeoisie intellectuelle, se développent des contre-cultures. A l’époque wilhelminienne, les contre-cultures traduisent les conflits avec la culture dominante à laquelle elles tentent d’opposer leur point de vue. Il en ressort une interaction riche de tensions, d’échanges, se déclinant tantôt sur le mode de la confrontation, tantôt sur le mode de la coopération : si la pensée des contre-cultures ne parvient pas forcément à s’imposer, elle n’en réussit pas moins à attirer l’attention, à créer un nouvel espace, voire à modifier la culture dominante. Des processus d’échange et de transformation réciproques caractérisent cette époque en plein bouleversement. Les phénomènes analysés ont eu des répercussions sur la société et ont pu devenir partie intégrante du mainstream, que ce soit pendant l’ère wilhelminienne à proprement parler ou pendant les périodes postérieures. Ce sont ces considérations dont le titre de ce volume tient compte, notamment afin de mettre en relation l’époque wilhelminienne avec la problématique de la modernité classique.
Show Summary Details
Restricted access

Künstler-Kolonie Mathildenhöhe L'impossible rêve d'unité d'une colonie d'artistes à Darmstadt: Mechthild Coustillac

Extract

Mechthild Coustillac

Künstler-Kolonie Mathildenhöhe L'impossible rêve d'unité d'une colonie d'artistes à Darmstadt

Le 18 décembre 1901, à Berlin, Guillaume II inaugure en grande pompe l'Allée de la Victoire (Siegesallee) nouvellement aménagée : trente-deux monuments de marbre composés d'une centaine de statues y représentent les prédécesseurs et les ancêtres du souverain, Roi de Prusse et Empereur du Reich. La raillerie que suscita partout le monumentalisme orgueilleux de cette statuaire d’inspiration néo-baroque montre suffisamment que l'ère de l'esthétique historiciste touchait alors à sa fin1 – chant du cygne d’un monde finissant que bientôt l'Empire allait entraîner dans sa chute.

Cette même année, de mai à octobre, une colonie d'artistes avant-gardistes avait présenté à Darmstadt, capitale du grand-duché de Hesse, l'exposition « Ein Dokument deutscher Kunst », en guise de manifeste anti-wilhelminien. Plus tard, le premier président de la République fédérale d'Allemagne, Theodor Heuss (1884–1963), se souviendra de la portée innovatrice de cet événement : « Für uns, als wir jung waren, begann das zwanzigste Jahrhundert, als Versprechen wie als Aufgabe, recht eigentlich in Darmstadt2. »

Fondée en 1899 et réunissant sept membres dans sa configuration initiale3, la colonie exista jusqu’en 1914, mais nous choisissons ici, afin de mieux cerner ses sources d’inspiration et les enjeux contre-culturels qui y sont liés, de focaliser notre attention sur la première période et sur ses deux principaux...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.