Show Less
Restricted access

Rifondare la letteratura nazionale per un pubblico europeo

Da un’idea di Giuseppe Mazzini

Alexandra Vranceanu and Angelo Pagliardini

Si propone una discussione sulle figure, note e meno note, di scrittori e critici che hanno voluto forgiare il concetto di letteratura europea. Partendo da alcune affermazioni di Giuseppe Mazzini, nel saggio D'una letteratura europea, si allarga la discussione oltre la letteratura italiana, proponendo una «galerie de portraits» di letterati che hanno argomentato la necessità di aprire le porte della letteratura nazionale nella prospettiva della creazione di una letteratura europea. Non si tratta di commentare i testi o gli autori canonici della letteratura europea, ma di presentare discorsi di scrittori che, pur comprendendo il carattere utopistico della letteratura europea, hanno sottolineato la preoccupazione di trovare una maniera conveniente per definirla, valorizzarla e accelerarla.
Show Summary Details
Restricted access

Peut-on être un écrivain européen ? Limites et aspirations du débat théorique initié par Mazzini: Pascal Dethurens

Extract

Peut-on être un écrivain européen ? Limites et aspirations du débat théorique initié par Mazzini

Pascal Dethurens (Université de Strasbourg)

Les réflexions qui vont suivre et que l’on aimerait soumettre à débat sont le fruit d’un parcours critique qui couvre une vingtaine d’années de recherche et qui a donné lieu à plusieurs ouvrages, tous issus, en grande partie, des thèses de Giuseppe Mazzini sur la littérature européenne1. Peut-on être un écrivain européen ? Pour abrupte qu’elle paraisse posée, la question se présente d’emblée avec nécessité au terme des théories mazziniennes. Etre un écrivain de son pays, à les suivre, ne fait pas problème en soi : Foscolo est un écrivain italien comme Schiller est un écrivain allemand et comme Hugo est un écrivain français. Ce qui fait problème, pour Mazzini, n’est pas l’identité nationale, l’appartenance nationale, donnée l’une comme l’autre en tant qu’évidence : c’est principalement la portée d’une œuvre littéraire, et c’est cette portée que l’on voudrait ici interroger.

Chacun connaît en substance la thèse soutenue en 1829 dans D’una letteratura europea : pour se développer, une littérature ne peut pas rester prisonnière des limites imposées par les frontières de son pays. La littérature moderne, en particulier, progressera d’autant mieux qu’elle intégrera les nouveautés qui sont apparues dans la littérature européenne. De cette façon « la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.