Show Less
Restricted access

Écritures du non-lieu

Topographies d'une impossible quête identitaire : Romain Gary, Patrick Modiano et Georges Perec

Timo Obergöker

Trois auteurs, au premier abord on ne peut plus différents, partent à la recherche de leurs racines juives. Effectuant un voyage à travers le Yiddishland, les camps de mise à mort et l’État d’Israël, ils recherchent une façon d’être juifs aujourd’hui. Par le biais d’une étude approfondie de trois romans, W ou le souvenir d’enfance de Georges Perec, La Danse de Gengis Cohn de Romain Gary et La Place de l’Étoile de Patrick Modiano, ce livre retrace le travail de ré-appropriation d’une judéité d’emblée problématique. Finalement, cette judéité se fait jour d’une manière complètement inattendue, elle choisit demeure dans l’exil, dans le voyage et dans l’errance. La diaspora devient un mode de vie et toute une génération d’écrivains s’installe dans le nulle part, au-delà d’une mémoire préfabriquée. Cette deuxième édition contient une nouvelle préface intitulée 10 ans après. Le texte et la mise en page ont été actualisés, la bibliographie mise à jour.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Corpus

La littérature dite « juive » jouit depuis un certain nombre d’années d’un regain d’intérêt. Indissociable depuis 1945 du traumatisme du fait concentrationnaire, elle est néanmoins entourée d’un flou terminologique. Conscient des problèmes que soulève toute catégorisation formelle dans le domaine de la littérature, nous nous proposons d’établir deux catégories de cette littérature, simple outil de travail visant à répertorier la plénitude de textes qui existent à ce sujet.

Le témoignage : Au carrefour entre littérature et historiographie, la littérature-témoignage relate une expérience directe et vécue des camps de concentration. Sans être nécessairement un phénomène juif, elle gît sur un besoin urgent de raconter, de narrer. Ayant vu le jour dès les années 1946 avec Charlotte Delbo et Elie Wiesel, elle soulève le problème de sa littérarité dans la mesure où les questions de style et d’écriture passent à l’arrière-plan face au besoin anthropologique de témoigner, de fairepart. La littérature-témoignage a d’ailleurs été la cible d’un certain nombre de critiques. Hannah Arendt affirme dans son étude majeure sur le totalitarisme :

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.