Show Less
Restricted access

Saint Antoine le Grand dans l’Orient chrétien

Dossier littéraire, hagiographique, liturgique, iconographique en langue française – Partie 1 et 2

Series:

Eliane Poirot

Cet ouvrage est le fruit d’une recherche œcuménique dès sa conception, par son sujet comme par sa réalisation. La collaboration internationale et interconfessionnelle de spécialistes permet de présenter nombre de textes jusqu’alors non traduits en français, certains même inédits : des éloges grecs et byzantins, le Corpus arabe, un riche ensemble d’hymnes liturgiques des traditions orientales avec une abondante bibliographie et des index. Un dossier iconographique regroupe une quarantaine de planches représentant le Père des moines du VIe siècle au XXe siècle. La vie et les enseignements d’Antoine, souvent recopiés et réécrits, médités à travers les apophtegmes, chantés dans les liturgies et contemplés dans l’iconographie sont porteurs d’une forte signification spirituelle et œcuménique.
Show Summary Details
Restricted access

2.8. Autres références

Extract



En dehors de ces Vies et panégyriques, la littérature grecque est parsemée de références à l’abba Antoine, comme à un prototype de la vie monastique.

Évagre le Pontique († 399), a passé la plus grande partie de sa vie monastique aux Kellia (les Cellules), un site qui avait été fondé par Antoine et Amoun (en 338 ?). Sa connaissance d’Antoine repose à la fois sur une tradition orale toujours vivante et sur une lecture assidue de la VA, dont on trouve d’innombrables réminiscences dans son œuvre, notamment quand il s’agit de démonologie501. Deux caractéristiques de la prière d’Antoine (prière pour chasser les démons et prière continuelle) se retrouvent dans le traité d’Évagre sur la prière écrit trente ou quarante ans après la VA502. Évagre cite à trois reprises le nom d’Antoine.

← 405 | 406 → En Pratique 92, il rapporte un court échange entre un philosophe et le saint :

L’un des sages d’alors vint trouver le juste Antoine et lui dit : Comment peux-tu tenir, ô Père, privé que tu es de la consolation des livres ? Celui-ci répondit : Mon livre, ô philosophe, c’est la nature des êtres, et il est là quand je veux lire les logoi de Dieu.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.