Show Less
Restricted access

Etudes de linguistique médiévale

Hommage à Ambroise Jean-Marc Queffélec 1

Roger Bellon

Le dénominateur commun des contributions réunies ici est ce qui a toujours été l’élément moteur des recherches d’Ambroise Jean-Marc Queffélec : appliquer à la langue médiévale les méthodes les plus récentes élaborées par la linguistique, afin d’approfondir et d’améliorer notre connaissance des phénomènes grammaticaux propres à la langue médiévale : dépouiller les textes de la période médiévale, classer et analyser les données linguistiques recueillies puis procéder à leur interprétation, c’est ce que Queffélec a fait de façon magistrale pour l’étude de la négation dans le cadre théorique de la psychomécanique du langage. La seconde partie du volume contient quatre articles d’A. J.-M. Queffélec, novateurs en leur temps mais d’accès difficile, consacrés à des points délicats comme la négation dite explétive.
Show Summary Details
Restricted access

Les réponses négatives averbales à pronom sujet en ancien français

Extract

Résumé

Cet article étudie, en prenant appui sur le dépouillement systématique d’une centaine de textes en vers et en prose des XIIe et XIIIe siècles, les tours originaux qui, pour exprimer une réponse négative à une question ou à un commandement, font l’économie du verbe mais retiennent du syntagme verbal le premier actant pronom personnel. Ces tours assez complexes posent de nombreux problèmes : statut de la négation, statut et genre du pronom, productivité, etc…. L’étude conclut que « la prépondérance ultérieure de nenil comme principale réponse ou reprise négative n’est que la conséquence logique de son statut polyvalent en ancien français. Si l’on admet que le pronom qu’il renferme est bien un il neutre, donc transcendant les oppositions de personnes, nenil était bien l’outil syntaxique idoine pour transcender ces oppositions et constituer la réponse négative universelle. »

Abstract

This paper, relying on the systematic analysis of a hundred texts in prose and verse of the twelfth and thirteenth centuries, studies the original phrase which, expressing a negative answer to a question or an order, do not use a verb but the first personal pronoun actant in the verb phrase. These rather complex phrase lead to many questions : status of negation, status and gender of the pronoun, productivity, etc … . The study concludes that « the later preponderance of nenil as the main negative response or recovery is only the logical consequence...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.