Show Less
Restricted access

La formation diminutive dans les langues romanes

Series:

Przemyslaw Debowiak

Le travail consiste en une étude contrastive et diachronique des mécanismes de la morphologie évaluative dans onze langues romanes. Il en résulte que la formation des diminutifs par dérivation suffixale y jouit d’une grande vitalité, ce qui confirme un approfondissement des tendances de l’évolution morphologique et lexicale du latin, observables à travers toute la latinité, et spécialement au haut Moyen Âge. Les autres moyens sont plus rares ; ils sont l’effet de l’usure sémantique des formations diminutives déjà existantes et de celle des suffixes particuliers. À propos du problème de la motivation sémantique primitive des suffixes diminutifs, il semble justifié de considérer comme admissible leur origine tant notionnelle qu’émotionnelle, la seconde étant chronologiquement plus récente.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2 La formation diminutive en latin

Extract

Dans le Chapitre 1, nous avons affirmé plusieurs fois que la formation des diminutifs est un phénomène universel, propre à toutes – ou quasiment toutes – les langues du monde qui le réalisent de façons très différentes. Le latin ne fait pas exception à la règle et nous le savons grâce à la riche littérature écrite en cette langue qui est parvenue jusqu’à nous.

En latin, la formation diminutive concernait surtout les substantifs, mais aussi certains adjectifs, adverbes et parfois même des verbes ; ces caractéristiques sont d’ailleurs communes, de manière très générale, aux langues indo-européennes. Selon Petersen [1917 : 65], « le développement des diminutifs latins était complet au temps de Plaute qui montre des exemples d’une variation très importante de l’emploi tout aussi des substantifs que des adjectifs diminutifs ». Justement, c’est à partir des IIIe–IIe siècles avant J.-C. qu’apparaissent également les diminutifs de noms abstraits [Hofmann 1965 : 772].

Il est à noter que la langue latine ne possédait pas de suffixes augmentatifs proprement dits.

Si nous nous proposons de traiter des diminutifs dans les langues romanes, où ils présentent une diversification considérable, nous croyons nécessaire et essentiel d’adopter comme point de départ la description de l’état de choses antérieur, commun à tous ces idiomes, à l’époque où il était encore plus ou moins homogène.

Les différents moyens de former les diminutifs en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.