Show Less
Restricted access

Le corps de l’audible

Écrits français sur la voix 1979–2012

Series:

Helga Finter

La voix n’est-elle qu’un instrument pour la langue ou a-t-elle une signifiance propre? Quel rôle joue sa théâtralisation pour les conceptions du sujet, du corps, du langage? Comment la voix crée-t-elle une présence ou une signature? Comment dramatise-t-elle son origine et l’audio-vision? Quels sont les effets et les fonctions des technologies sonores? À quoi servent les voix acousmatiques? Comment se manifestent une éthique et/ou une politique de la voix? Quel est le rapport entre voix d’auteur et voix poétique? C’est à de telles questions que répondent les écrits de ce livre en analysant des œuvres de la scène expérimentale – théâtre, opéra, danse, médias – et de l’écriture qui proposent par leur pratique une esthétique de la voix.
Show Summary Details
Restricted access

La scène comme projection mentale : Tristan et Iseult de Heiner Müller et Erich Wonder

Extract

| 135 →

La scène comme projection mentale : Le Tristan et Iseult de Heiner Müller et Erich Wonder

L’opéra et la scénographie, bien que pratiquement nés ensembles au XVIIe siècle, ont été complètement repensés et refondés à partir du projet wagnérien du Gesamtkunstwerk, de l’œuvre d’art totale. Malgré le fait que Richard Wagner lui-même est encore resté au niveau d’une réflexion sur la toile peinte, ce sont ses idées sur le Wort-Ton-Drama qui ont inspiré aux novateurs – tels qu’Adolphe Appia et Edward Gordon Craig – une scénographie qui dès lors se conçoit comme écriture dans l’espace et non plus comme simple décor, illustration ou ornement de la scène.

Rendre sensible la qualité spatiale de la musique pour que le temps devienne espace – « Zum Raum wird hier die Zeit1 » –, avec ces paroles de Gurnemanz Wagner avait explicitement formulé son programme dans le premier acte du Parsifal. Et c’est de ce programme que la scénographie d’un opéra wagnérien est censée tenir compte. Quand il s’agit de monter un opéra à Bayreuth, la scénographie doit se confronter en outre au dispositif spatial spécifique du Festspielhaus que Wagner avait conçu lui-même comme lieu idéal pour ses opéras. Il est le média d’une conception du théâtre musical, qui amène sur l’autre scène (Freud) pour y créer de nouveaux équivalents...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.