Show Less
Restricted access

Le corps de l’audible

Écrits français sur la voix 1979–2012

Series:

Helga Finter

La voix n’est-elle qu’un instrument pour la langue ou a-t-elle une signifiance propre? Quel rôle joue sa théâtralisation pour les conceptions du sujet, du corps, du langage? Comment la voix crée-t-elle une présence ou une signature? Comment dramatise-t-elle son origine et l’audio-vision? Quels sont les effets et les fonctions des technologies sonores? À quoi servent les voix acousmatiques? Comment se manifestent une éthique et/ou une politique de la voix? Quel est le rapport entre voix d’auteur et voix poétique? C’est à de telles questions que répondent les écrits de ce livre en analysant des œuvres de la scène expérimentale – théâtre, opéra, danse, médias – et de l’écriture qui proposent par leur pratique une esthétique de la voix.
Show Summary Details
Restricted access

Migrations de voix entre corps et langage

Extract



In memoriam Philippe Lacoue-Labarthe

Chacun, chacune a dans sa vie plusieurs voix. Selon l’âge, selon la situation dans laquelle quelqu’un se trouve, la voix change. Mais elle change aussi selon l’état psychique et physique. Elle se modifie quand on chante ou quand on crie. Elle sonne différemment selon la langue qui est parlée. Ceux et celles qui parlent plusieurs langues, savent qu’avec chaque langue le corps change, car chaque langue présuppose un corps vocal qui lui est propre.

En parlant en français, mon corps s’allège, emporté par le flux d’une autre ligne prosodique ; il s’alourdit par contre quand je parle en allemand parce que sa prosodie m’impose de m’appuyer sur la première syllabe des mots, de donner du poids aux accents ; en parlant l’italien, le corps devient plus expressif, les voyelles l’ouvrent, les [r] roulés font entendre le fond de la gorge et les résistances des cordes vocales au souffle ; sa prosodie mélodieuse l’approche plus du chant et de la déclamation, et la présence d’un corps ainsi exhibé lui confère un certain pathos. Mon corps vocal italien est plus théâtral que mon corps français, plus musicien aussi, mais moins fluide que celui-ci. En anglais le corps est de nouveau plus en retrait, un corps impassible, cool, plus sophistiqué que mon corps allemand mais toujours moins élégant que mon corps français.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.