Show Less
Restricted access

La réception de Michel Houellebecq dans les pays germanophones

tome 1 et tome 2

Series:

Christian van Treeck

Sur la base de la théorie du champ et du concept de posture auctoriale ainsi que d’un corpus important, ce travail analyse les facteurs déterminants dans l’œuvre et la posture de Houellebecq, le processus de transfert culturel ainsi que les formes variées et les caractéristiques de la réception germanophone. Il met en relief l’ambigüité de l’œuvre et de la posture de l’auteur, la spécificité des sujets abordés et le rôle joué dans la médiation interculturelle par les éditeurs allemands de Houellebecq. Les réactions de la presse écrite se révèlent contradictoires, tout comme les jugements émis lors des débats télévisés du Quatuor littéraire. La réception universitaire se distingue par une structure temporelle et des approches qui lui sont propres. Les réactions d’écrivains germanophones et la mise à l’écran des Particules élémentaires par Oskar Roehler obéissent à d’autres logiques encore. Les analyses effectuées permettent de préciser les facteurs déterminants et les caractéristiques de la réception de Houellebecq ainsi que le capital symbolique dont il dispose dans le champ culturel germanophone.
Show Summary Details
Restricted access

7.3.2.2 Sibylle Berg : Ende gut

Extract



Sibylle Berg est née en 1962 à Weimar. En 1984, elle quitte la RDA pour s’installer d’abord en Allemagne de l’Ouest, puis à Zurich et à Tel Aviv. A partir de 1994, elle écrit pour le magazine du Zeit ainsi que pour les revues Cosmopolitan, Vogue, Allegra et Magazin. Depuis 1997, elle publie des textes littéraires, narratifs ou dramatiques,2639 et la critique ne tarde pas à établir un parallèle avec Michel Houellebecq,2640 tellement les analogies entre leurs œuvres sont patentes. Comme son homologue français, Berg se consacre à l’observation impitoyable du monde contemporain qu’elle décrit en se focalisant sur les dérives de la vie quotidienne. La solitude et les blessures psychologiques de l’homme moderne, le manque d’amour et de liens affectifs dans la société de consommation plongent ses personnages dans un désespoir proche de la dépression. Ses livres traduisent un refus voire un dégoût du monde d’aujourd’hui et se caractérisent par leur pessimisme, leur nihilisme, mais aussi par l’ironie, le sarcasme et parfois la satire. Or, comme chez Houellebecq, on peut déceler « derrière la froideur misanthrope de Berg une moraliste »,2641 pour reprendre les termes employés par Michael Schindhelm dans le Dictionnaire de la littérature contemporaine de langue allemande (Lexikon der deutschsprachigen Gegenwartsliteratur ; 2003). Quant au style, elle se sert de même que Houellebecq d’un langage simple qui intègre des éléments familiers et populaires. Par rapport à La mauvaise nouvelle d’abord. Histoires d’hommes...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.