Show Less
Restricted access

Morales et politiques postmodernes

Series:

Malgorzata Kowalska

Les auteurs contribuant à ce recueil ont été invités à réfléchir sur notre condition postmoderne, non pas tant sur les sens différents qu’a pris le terme du postmoderne que sur l’heure qu’il est. La réflexion se déroule dans l’horizon de la pensée des classiques du postmodernisme, Jean-François Lyotard en tête, et dans l’horizon des questions qui y sont, explicitement ou implicitement, posées : Qu’en est-il de la possibilité même de l’action politique et du jugement moral dans un monde qui apparaît, à la fois, sans alternative et déboussolé ? Qu’en est-il désormais du sujet de l’action et du jugement ? Ou, plus simplement mais plus pathétiquement aussi, qu’en est-il de l’humain ? Qu’est-ce qu’il devient ou est déjà devenu et comment peut-on encore le penser ?
Show Summary Details
Restricted access

Culture, morale et politique

Extract



Jean-Michel Salanskis

La philosophie de la culture est, par excellence, ce que le revirement analytique international paraît menacer de nous faire perdre. Les philosophèmes exacts de l’analyse logico-linguistique semblent peu propices à l’évaluation intelligente et intéressante de ces formations qui composent la culture : chacune recouvre des familles innombrables de textes, en telle sorte qu’il est malaisé d’en circonscrire l’essence par le biais de l’étude et de la discussion d’une collection finie de jugements. Déjà la question, pourtant très localisée au cœur du fief rationaliste, du rapport entre logique et mathématiques, ne donne pour ces raisons pas lieu à un traitement satisfaisant par la nouvelle vulgate.

De prime abord, la locution “philosophie de la culture” nous fait à vrai dire penser avant tout à Cassirer d’un côté, à Dilthey de l’autre, du moins il me semble. Cette double référence est à mon sens révélatrice de la pertinence de trois prismes en matière de philosophie de la culture : le prisme kantien, le prisme hégélien et le prisme herméneutique. C’est le second dont l’adaptation à l’objet en cause est la plus évidente : la vue dialectique autorise des parcours à prétention génétique qui mettent en série des facultés de connaître, des disciplines, des époques et des genres (la perception, la science, la Terreur, la religion et l’esthétique par exemple) ; elle semble, de la sorte, nous permettre de ressaisir la culture...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.