Show Less
Restricted access

Morales et politiques postmodernes

Series:

Malgorzata Kowalska

Les auteurs contribuant à ce recueil ont été invités à réfléchir sur notre condition postmoderne, non pas tant sur les sens différents qu’a pris le terme du postmoderne que sur l’heure qu’il est. La réflexion se déroule dans l’horizon de la pensée des classiques du postmodernisme, Jean-François Lyotard en tête, et dans l’horizon des questions qui y sont, explicitement ou implicitement, posées : Qu’en est-il de la possibilité même de l’action politique et du jugement moral dans un monde qui apparaît, à la fois, sans alternative et déboussolé ? Qu’en est-il désormais du sujet de l’action et du jugement ? Ou, plus simplement mais plus pathétiquement aussi, qu’en est-il de l’humain ? Qu’est-ce qu’il devient ou est déjà devenu et comment peut-on encore le penser ?
Show Summary Details
Restricted access

Légitimation, justice et méthodologie grammaticale

Extract



Michel Olivier

Je vous propose de revenir aux origines de l’usage philosophique du mot postmodernité, à son introduction par Jean-François Lyotard dans La Condition Postmoderne, pour questionner la méthodologie grammaticale qu’il y a adoptée. Ce n’est pas l’importance historique de cette émergence du grammatical au coeur d’un questionnement politique pourtant typiquement continental que je souhaite travailler. Mon objet est plutôt d’analyser les présupposés et les conséquences de ce choix méthodologique pour une telle question, d’étudier sa légitimité, et de m’intéresser à ce que cette méthodologie a pu exclure d’entrée de jeu.

Je procéderai en trois temps. Le premier temps sera consacré à la méthodologie langagière déployée par Lyotard. Comment la justifie-t-il, comment l’utilise-t-il pour poser la postmodernité comme grande rivale contemporaine et victorieuse de la modernité ? Bien sûr il s’agira de contextualiser cette démarche, c’est-à-dire d’utiliser la façon dont elle prend appui sur des résultats ou des outils typiques de la philosophie du langage. Dans un second temps nous allons nous intéresser à ce que cette démarche semble exclure d’entrée de jeu, pour nous demander si ce reste n’est pas porteur d’idées politiques pertinentes en deçà de la dyade modernité / postmodernité. Nous en dégagerons deux, que d’ailleurs Lyotard lui-même avait vues, mais nous n’en analyserons qu’une, sous la forme d’une confrontation à Levinas et son concept d’Il y a....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.