Show Less
Restricted access

« En ville, chacun est dans son chacun »

Une étude anthropologique sur l’importance des relations sociales en cas de maladie à Abidjan (Côte d’Ivoire)

Rita Bossart

Cet ouvrage analyse l’importance des relations sociales en cas de maladie dans l’environnement urbain. L’étude a été effectuée à Niangon Sud, un secteur hétérogène du point de vue socio-économique et ethnique de la métropole d’Abidjan (Côte d’Ivoire).
L’auteur examine l’offre thérapeutique et son utilisation par la population, le rôle des réseaux sociaux dans la gestion de la maladie, les attentes posées sur les différents membres de ces réseaux et l’aide reçue effectivement par les malades. Elle considère l’influence des variables « âge », « genre » et « niveau socio-économique » ainsi que l’influence du genre de l’affection (maladie chronique, mentale, VIH / SIDA) sur l’aide apportée. La description de cas concrets éclaircit les conséquences sérieuses que la maladie et / ou le manque de soutien peuvent engendrer et montre que les relations sociales peuvent non seulement offrir du support, mais avoir aussi des impacts négatifs sur les individus.
Contenu : Les relations sociales dans le milieu urbain et leur importance en cas maladie – Le terrain de recherche – La Côte d’Ivoire – Abidjan – Yopougon – La situation sanitaire – L’aide en cas de maladie – L’aide offerte aux malades – L’influence du genre de la maladie sur l’aide apportée – La potentialité d’être soumis à des conséquences sérieuses de la maladie.