Show Less
Restricted access

Albert Cossery, montreur d’hommes

L’œuvre en langue française d’un auteur égyptien

David Parris

Cet ouvrage est consacré à l’œuvre d’Albert Cossery, auteur de huit romans parus entre 1941 et 1999. Après un bref descriptif des œuvres de Cossery, sont analysés successivement les personnages, les structures de l’intrigue qui sert de prétexte à un foisonnement d’historiettes, l’évolution des idées de l’auteur et son « égyptianité ». Si les personnages des premiers récits de Cossery croient encore à la possibilité de l’action politique, allant jusqu’à esquisser des gestes révolutionnaires, ceux de la maturité, joyeux drilles et généralement marginaux, correspondant à divers archétypes qu’on retrouve sous des noms différents tout au long de son œuvre, pratiquent l’« abstentionnisme » politique, se refusant à toute collaboration avec les hommes de pouvoir, qu’on ne peut combattre que par la dérision. Il s’agit d’une « philosophie » anti-révolutionnaire et humaniste à la fois : c’est en effet dans l’amitié et dans les plaisirs du quotidien que l’on trouve une raison d’être. L’intrigue des romans de Cossery conduit rarement à un dénouement, au sens classique du terme ; c’est le parcours qui prime sur l’aboutissement et c’est en cela que le récit a du charme. Âgé de 94 ans, il s’est éteint à Paris le 22 juin 2008, après une vie exemplaire passée à recréer par les mots et en français, son Égypte natale.
Contenu : Albert Cossery, auteur égyptien de langue française – L’ascendant moral de certains personnages masculins – La quasi-invisibilité des personnages féminins – La complicité masculine – Le refus des biens matériels – L’acceptation de la misère – L’ordre établi appelé « imposture universelle » – La surveillance policière – L’impossibilité de l’action révolutionnaire – La dérision comme moyen de combattre l’ordre établi – La paix comme récompense des sages.