Show Less
Restricted access

Le luth et le blason

Les sens, la sensation et le moi lyrique de Thomas Wyatt à Edmund Spenser (1527-1595)

Jean Pironon

Le renouveau de la poésie lyrique anglaise, séculière et religieuse, de 1527 (sonnets et paraphrases bibliques de Wyatt et de Surrey) à 1595 (sonnets de Sir Philip Sidney et poèmes courts d’Edmund Spenser), est ici examiné dans une double perspective. D’une part, relativement à une esthétique générale de la création poétique, qui tient compte de l’analogie de la poésie et des formes musicales ; et d’autre part, en proposant une analyse des fonctions des cinq sens et de la sensation dans les podes cinq sens et de la sensation dans les poèmes lyriques, en particulier dans les sonnets, de chacun des poètes concernés. Cette interprétation s’appuie sur les données fondamentales de l’histoire de la culture anglaise et européenne – en particulier italienne –, ainsi que sur la réflexion théorique de l’esthétique réformée, pendant les décennies qui ont précédé la période shakespearienne. L’unité de l’ensemble est assurée par le modèle analytique choisi : les fonctions des sens corporels et de la sensorialité dans le texte poétique, abordées à partir des recherches stylistiques, phénoménologiques, et empiriques modernes. Les caractéristiques sensorielles apparaissent dans les poèmes comme origine première et nécessaire de l’écriture et de l’effet, permettant ainsi aux instances du moi fictif ou réel de se manifester.
Contenu : Le lyrisme et le moi : perspective historique – Wyatt, Surrey, Sidney et la critique biographique – Double origine de l’écriture de la sensation – Assimilation musique-poésie : aperçu historique – Ethique de la musique et de la poésie – Ethique des prédilections et de l’imitation – Wyatt et Surrey à l’école de la traduction – Mémoire de la musique dans les poèmes de Wyatt et de Surrey – Impressions sensorielles et écriture poétique – Les sens, la sensation et le sentiment dans Astrophil and Stella et The Psalms of David de Sidney – L’imagination sensualiste dans les poèmes lyriques de Spenser.