Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1936 – Tome II (1er avril – 18 juillet) – Réimpression

Series:

Ministère des Affaires étrangères

C’est au cours de la période couverte par ce volume que se manifestent les premières conséquences de la réoccupation par l’Allemagne de la zone démilitarisée de Rhénanie et de la victoire italienne en Éthiopie.
Le 1er avril, Hitler, ayant éprouvé la carence des démocraties devant son coup de force, prend l’initiative diplomatique en les saisissant d’un plan de paix précédé d’une critique du rapprochement franco-soviétique. La France et l’Angleterre réagissent, la première en acceptant le débat et en confirmant son attachement au principe de la sécurité collective dans le cadre de la SDN, la seconde en tentant – vainement – de se faire préciser certains points du plan allemand.
La levée des sanctions contre l’Italie, après sa victoire en Éthiopie, consacre l’échec politique de la SDN, et la France n’a pas plus de succès lorsqu’elle tente de la ramener dans le camp locarnien.
L’optimisme de Bénès vis à vis de l’Autriche amène les autres membres de la Petite Entente à confirmer leur attachement à la France, non sans s’inquiéter de sa faiblesse. C’est alors que Hitler conclut avec l’Autriche, au nom de la « solidarité germanique », l’inquiétant accord du 11 juillet. Dans le même temps, la politique de la Pologne, prise entre l’URSS et l’Allemagne, pose problème aux dirigeants des autres États locarniens, et le gouvernement turc obtient, à la conférence de Montreux, la révision en sa faveur du statut des Détroits.
Cette période s’achève sur la menace d’une rébellion militaire en Espagne : les circonstances paraissent favorables à un coup de force contre le régime. Pourtant, le 18 juillet, le gouvernement de Madrid annonce, par la voix de la radio, qu’il tient la situation bien en main et que le pays est calme.
Cet ouvrage, initialement publié en 1964, contient une sélection de documents significatifs des archives du ministère des Affaires étrangères, mais aussi du Service historique de la Défense, des Archives nationales (pièces du procès de Riom) et de fonds privés, notamment celui de René Massigli (une biographie de Massigli paraît en 2005, également sous le patronage du ministère des Affaires étrangères, aux éditions PIE-Peter Lang SA, collection ‘Diplomatie et Histoire’).