Show Less
Restricted access

Le «carnaval verbal» d’Ascanio Celestini

Traduire le théâtre de narration ?- Préambule d’Ascanio Celestini

Beatrice Barbalato

Auteur et acteur de théâtre, Ascanio Celestini est un des principaux représentants du théâtre de narration sur la scène italienne contemporaine. Sa parole est carnavalesque (au sens où l’entendait Bachtine du Gargantua et Pantagruel de Rabelais), son écriture est orale, à la fois grave et joyeuse, ancrée dans une italianité très forte convoquant la mémoire ancestrale et mobilisant la parole de ceux à qui elle est refusée. Un esprit anarchique qu’étaye un humour subversif donne à ses textes une actualité intempestive. À l’heure actuelle, ses pièces sont représentées dans toute l’Europe. Mieux, le succès de ses adaptations en français, en Belgique francophone et en France, se confirme chaque saison.
Se pose dès lors la question du traduire. Comment faire passer dans une autre langue l’oralité, le rythme, l’auto-ironie et la présence scénique de ce je narrateur ? Metteurs en scène francophones de Celestini, directeurs de théâtre, interprètes, traducteurs et chercheurs viennent ici nourrir la réflexion et répondre à ces questions essentielles.
Les études pluridisciplinaires rassemblées dans ce livre s’adressent aux narratologues, linguistes, traducteurs, dramaturges ou acteurs et à toute personne séduite par l’univers de Celestini.
Cet ouvrage contient des contributions en italien.
Contenu : Ascanio Celestini : Préambule/Preambolo – Beatrice Barbalato : Introduction/Introduzione – Donatienne André : Un corps « in » traversé d’une voix « off » – Beatrice Barbalato: Telos, il senso della fine – Laurent Moosen : Celestini, de la libération du verbe à la complicité retrouvée – Jean-Louis Colinet : « Moi je n’ai pas l’impression d’avoir vu des spectacles distincts. Je les mélange » – Charles Tordjman : La couleur de la mémoire, le parfum du terreau – Giovanni Marini: Comporre musica e parole per La Fabbrica di Charles Tordjman – Quentin Cession : Réception et perceptions du théâtre celestinien dans la presse belge francophone – Dieter Vermandere : Les techniques de l’oralité dans Storie di uno scemo di guerra – Simone Soriani: La lingua e i personaggi. Note a Radio clandestina – Fabio Caffarena: A voce e per iscritto. La memoria come metodo storico e narrazione – Michael Delaunoy : Moyens archaïques/Combat d’aujourd’hui – Angelo Bison/Pietro Pizzuti : Une histoire d’ouvriers, de mineurs, de fous… – Daniele Comberiati: Tradurre la parola, tradurre il corpo: Pecora nera nella versione in francese – Veronica Cruciani: La voce al femminile di Ascanio Celestini.