Show Less
Restricted access

Eduard Mörike

Symbolisme et transparence

Series:

Pierre Labaye

Peu d'auteurs ont fait l'objet de jugements aussi contradictoires que le pasteur de Cleversulzbach. D'abord compté par ses contemporains au nombre des «romantiques souabes», Mörike fut considéré ensuite comme le poète de l'idylle, naïf par excellence, puis à l'inverse, vers 1950, comme celui du démonisme, menacé par des forces obscures. Plus récemment, on a brossé de lui le portrait d'un poète de l'étroitesse existentielle et de l'intensité musicale, en chemin vers le symbolisme abstrait d'une poésie pure à la Mallarmé. Mais, jointe au jeu de masques auquel se livre spontanément ce lyrique également novelliste et conteur, la diversité des genres, des tons et des formes de son oeuvre fait que toute caractérisation de son art relève presque de la gageure. Cependant, plus que dans la forme, le rythme, le langage ou la musique du vers, il semble que le secret de sa tentative poétique réside dans la charge signifiante de ses images qui, d'une luminosité et d'une grâce toutes antiques, laissent entrevoir, en filigrane, la présence d'un destin ambigu. Cette transparence, qualité du style et de l'imagination, caractéristique des auteurs de l'époque Biedermeier bien que différente chez chacun d'eux, permet ici de dépasser le simple constat des oppositions de la naïveté et de la profondeur, de la clarté et du démonisme, du classicisme et du romantisme.
Contenu: Introduction: Un autre regard sur Mörike et son oeuvre; transparence et jeu de masques - I. Les données biographiques et l'imaginaire mörikéen - II. 1.Le complexe central des images de la lumière - 2.L'origine mythique des images de la transparence - 3.Une symbolique des présages, une religiosité du destin - 4.Les mystères naturels, contrepoids aux mystères chrétiens - 5.L'espace poétique comme refuge - 6.Transparence, équilibre des images et images de l'équilibre - III. Les labyrintes de la destinée - 1.Maler Nolten: Parodies du mythe chrétien du salut - 2.Les voies du destin dans les autres récits et la seconde version du Maler Nolten - Conclusion.