Show Less
Restricted access

Flavius Josèphe, les Zélotes et Yavné

Pour une relecture de la "Guerre des Juifs</I>

Monette Bohrmann

L'historiographie concernant la Guerre des Juifs de Flavius Josèphe a mis en évidence différents aspects (économiques, sociaux, politiques, religieux) du conflit judéo-romain de 66 p.C. à 73 p.C. L'étude de la vision que le Juif a de lui-même et de l'Autre, le Romain, rend possible une lecture de ce conflit du point de vue de la vision des vaincus. L'analyse des événements qui, de 6 a.C. à 66 p.C., ont abouti au déclenchement des hostilités, suggère que le conflit judéo-romain fut aussi un conflit de mentalités. Par ailleurs la mentalité juive implique une conception de la guerre qui a joué un rôle certain au niveau des clivages et scissions entre partisans de la guerre à outrance contre Rome (les Zélotes) et partisans de la non-belligérance (Rabbi Yohanan ben Zaccaï et l'école de Yavné, Flavius Josèphe).
Contenu: Le discours de Flavius Josèphe est un discours juif. La lecture littérale de ce discours révèle, en ce qui concerne certaines options, tel le refus de la guerre contre Rome d'une part, et la haine des Zélotes d'autre part, qu'elles sont dans le droit fil de la tradition juive représentée par RYBZ et son école de Yavné. La lecture littérale de Josèphe est possible; son intérêt est de présenter une cohésion interne et de mettre au jour les points de convergence et de divergence d'une même option pharisienne. Enfin la dialectique de Josèphe nous amène à reconsidérer le problème de sa «trahison».