Show Less
Restricted access

Population en danger !

La lutte contre les fléaux sociaux sous la Troisième République

Series:

Virginie De Luca Barrusse

Qu’y a-t-il de commun entre l’alcoolisme, les maladies vénériennes, la tuberculose? A priori peu de choses, en dehors de leur étiquette commune de « fléau social ». Mais, si chacun présente des spécificités propres, force est de contacter la convergence des dangers qu’ils présentent. Ces fléaux sociaux menacent la population. Ils sont la cause d’un surcroît de mortalité dans une France qui se singularise déjà par de hauts niveaux comparativement à ses voisins. Mais ils compromettent aussi « la qualité » de la population en vertu de l’idée selon laquelle ils se transmettent de génération en génération. Aussi, face à un tel danger, les fléaux sociaux font-ils l’objet d’une intense mobilisation qui conduira à la mise en place d’une véritable politique de population que l’expression « hygiène sociale » subsume. Un ensemble de mesures est portée par des associations réunies au sein d’institutions qui lui sont dédiées et ce, en dépit de concurrences fortes entre elles. Leur objectif : protéger voire encourager le renouvellement démographique.
Le livre s’intéresse à l’intense mobilisation qu’ont suscité ces fléaux sociaux et aux actions – le plus souvent convergentes qu’ils ont menés sous le label d’« hygiène sociale ». La lutte contre les fléaux est passée en particulier par l’éducation des populations. L’analyse de ses contenus, si elle témoigne des balbutiements de l’éducation à la santé dévoile aussi les représentations de ce que doit être la démographie française et de ce qui la menace.