Show Less
Restricted access

Histoires inventées

La représentation du passé et de l’histoire dans les littératures française et francophones

Elisabeth Arend, Dagmar Reichardt and Elke Richter

L’interrogation du passé et la réflexion sur l’histoire accompagnent les littératures française et francophones pendant tout le vingtième siècle. La fin postulée des « grands récits » ainsi que les nouvelles orientations dans le champ de la théorie de l’histoire ont déclenché un débat sur l’écriture de l’histoire, en particulier sur les frontières et les échanges entre la littérature et l’histoire. Ce volume se veut une approche de ces discussions pour la littérature. Il rassemble des analyses sur des textes littéraires (roman, poésie, théâtre, B.D.) publiés entre 1900 et 2005, provenant aussi bien de l’hexagone que des espaces postcoloniaux. Leur analyse montre que derrière l’indéniable hétérogénéité des sujets, des formes et des techniques utilisées, on retrouve des thèmes et des stratégies d’écriture récursifs.
Contenu : Elisabeth Arend : Histoire, littérature et l’écriture de l’histoire – Maïssa Bey : Les cicatrices de l’histoire – Birgit Mertz-Baumgartner : Les écrivains algériens contemporains face à la guerre d’Algérie (1954-1962) : contre-narrations et/ou métahistoires ? – Elke Richter : Réalité et construction imaginaire de l’Histoire dans La nuit Algérie de François Bourgeat – Danielle Dahan : L’Amour, la fantasia ou la construction d’une mémoire algérienne – Beatrice Schuchardt : Fragmenter et faire flotter - À propos de l’esthétique postcoloniale de transition dans Femmes d’Alger dans leur appartement d’Assia Djebar – Hartmut Nonnenmacher : La (re-)construction de l’histoire de « l’Algérie française » dans la série de B.D. Les Carnets d’Orient de Jacques Ferrandez – Afifa Berheri : Quand l’histoire glisse dans la littéraire. Procédés d’écriture et représentations idéologiques – Dagmar Reichardt : Drames sur drames : De la relation entre la fiction historique et l’histoire coloniale dans le théâtre francophone de l’Algérie et des Antilles des années 1950 et 1960 – Immacolata Amodeo : « Il n’est plus question de patrie » : Histoires de migration et leurs configurations esthétiques. De la littérature des auteurs francophones d’origine italienne au Canada. L’exemple d’Antonio D’Alfonso – Karin Becker : Le feu de Barbusse et Les croix de bois de Dorgelès : deux romans de guerre à la lumière de nouvelles approches historiques – Isabelle Enderlein : En attendant le déluge - La dissimulation de l’écriture de guerre chez Jean-Paul Sartre, Julien Gracq et Raymond Queneau – Christiane Solte-Gresser : Expérience historique et refus historiographique : La perception de la Seconde Guerre mondiale chez Claude Simon et Madeleine Bourdouxhe – Thomas Stauder : « Ceci n’est pas un roman historique » : Considérations sur le genre de La Semaine Sainte d’Aragon (1958) – Roswitha Böhm : Sur les traces du passé - la littérarisation d’une histoire familiale dans l’œuvre narrative de Patrick Modiano – Wilhelm Graeber : « Les parenthèses n’existent pas dans l’Histoire ». Les romans métahistoriques de Michel Quint – Jörg Türschmann : Socialisme délabré et fatalisme littéraire : La « Zone d’Utopie Populaire » dans L’Algarabie de Jorge Semprun (1981).