Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1969 – Tome II (1er juillet – 31 décembre)

Series:

Ministère des Affaires étrangères

Les premiers pas du nouveau président de la République, Georges Pompidou, sont marqués par l’ouverture dans le domaine de la politique européenne avec au premier chef le déblocage de la question de l’adhésion du Royaume-Uni à la CEE. La proposition du président Pompidou de réunir une conférence au sommet à La Haye (1er et 2 décembre 1969) va dans le sens d’un élargissement et d’un approfondissement des Communautés européennes. Elle se solde par un succès et constitue un bilan favorable pour la France qui sort de l’isolement dans lequel elle se trouvait depuis le veto français de 1967.
Au chapitre de l’ouverture, on doit noter aussi la reprise des contacts avec les pays d’Afrique du Nord, marquée par les voyages du nouveau ministre des Affaires étrangères, Maurice Schumann, et par les ventes d’armes à la Libye.
Du point de vue des relations franco-américaines, on est exactement à mi-chemin entre continuité et changement. En effet, ces relations étaient en voie d’amélioration sensible dans les derniers mois de l’ère gaullienne – avec l’élection de Georges Pompidou, cette amélioration se confirme, au point qu’il est tout de suite question d’une visite du président de la République aux États-Unis.
En dehors de ces secteurs, la continuité prévaut et on s’en réjouit à Moscou comme dans les pays arabes. Corollairement, les relations avec Israël ne s’améliorent guère : elles subissent même une de ces fortes tensions qui vont les caractériser au cours de la présidence de Georges Pompidou (vedettes de Cherbourg et vente de Mirage à la Libye).
Continuité aussi dans les relations avec les pays d’Afrique noire, dont la situation est celle des pays pauvres qui attendent tout de l’aide française, et qui sont souvent secoués par des coups d’État ou des troubles intérieurs, en particulier universitaires.
Sur le plan général, la diplomatie française relève qu’aux Nations unies, les petites nations ont mis à profit leur supériorité numérique pour faire échec aux superpuissances, que les groupes autrefois cohérents ont tendance à l’émiettement et font place à des regroupements « d’insatisfaits et d’ambitieux ».

Table of contents