Show Less
Restricted access

Le Sens de l’événement dans la littérature française des XIX e et XX e siècles

Actes du colloque international de Klagenfurt, 1 er -3 juin 2005

Series:

Pierre Glaudes and Helmut Meter

A l’heure où les médias font connaître et créent parfois l’événement, quelle capacité la littérature possède-t-elle de l’intégrer et de le faire advenir elle-même ? Créer l’événement, c’est d’abord insérer l’accident dans une continuité historique, idéologique, socioculturelle. Réfléchir sur un tel objet, c’est donc tenter de comprendre comment les faits se lestent de signification ou non, à travers une écriture narrative, poétique ou essayiste. Une telle opération confère nécessairement à l’événement une fonction sémiotique. Il peut n’être alors qu’un cadre relevant d’une esthétique du pittoresque ou du morceau de bravoure. Mais, il peut aussi porter en lui une leçon qu’il revient à l’écrivain de dégager. Dans cette hypothèse, l’événement prend un sens historique, mais il est en général un objet herméneutique complexe, dont la signification allégorique ou symbolique dépasse l’époque où il s’est produit. A partir d’exemples empruntés à des genres et des auteurs variés, les études composant ce volume, de Balzac à Claude Simon ou de Baudelaire à Michaux, se proposent d’analyser divers modes de construction de l’événement en littérature. Ce sont notamment les déplacements opérés dans les représentations entre le XIX e et le XX e siècle qui ont retenu l’attention, ainsi que leur sens éthique, religieux ou politique pour l’homme moderne.
Les responsables de la publication : Pierre Glaudes, professeur à l’Université de Paris IV-Paris Sorbonne, consacre ses travaux au roman et à l’essai littéraire en France au XIXe siècle. Auteur d’une thèse sur L’Œuvre romanesque de Léon Bloy, dont il a par ailleurs édité le Journal, il vient de procurer une édition des Œuvres de Joseph de Maistre et un essai sur les Nouvelles de Mérimée.
Helmut Meter, professeur à l’Université de Klagenfurt (Autriche), où il dirige la chaire d’études romanes, est spécialiste des littératures française et italienne. Parmi ses publications se trouvent des ouvrages consacrés à L’Expérience des limites dans les récits de guerre (1914-1945) et au Génie du lieu : expériences du ravissement, du transport, de la dépossession.