Show Less
Restricted access

L’Orient du signe

Rêves et dérives chez Victor Segalen, Henri Michaux et Emile Cioran

Series:

Elodie Laügt

Cet ouvrage a pour point de départ l’attrait que l’Orient n’a cessé d’exercer sur la littérature de langue française du XXème siècle. Il propose ainsi d’emprunter les chemins d’écriture que la découverte des idéogrammes, des pensées et des arts orientaux ont permis à V. Segalen, H. Michaux et E. Cioran de renouveler au sein de leurs propres pratiques littéraires. Comment un espace de rencontre avec l’Autre / l’Orient est-il créé au niveau de l’écriture ? Se peut-il que le discours sur l’autre ne se dégage jamais tout à fait de la position d’hégémonie que la redéfinition de l’orientalisme et le questionnement de la notion d’exotisme mettent si fortement en crise ? Comment la rencontre de l’autre ouvre-t-elle alors sur le renouvellement du discours sur les langages non-verbaux que sont la peinture et la musique ? Autant de questions que cet ouvrage pose en analysant l’exploration de genres littéraires différents et la création d’énoncés nouveaux.
Contenu : Victor Segalen, Stèles ou la mise en écriture de l’exotisme – Exotisme et désorientation : qui parle ? – L’émergence d’un phantasme de l’autre : orientation, orientalisme ou mise en fiction ? – La création d’un espace de dialogue : l’idéogramme, écriture de l’autre ou chinoiserie ? – Idéogrammes en Chine : altérité et barbarie dans l’écriture d’Henri Michaux – L’idéogramme comme écriture – L’écriture comme geste ou mouvement – Ecriture et pouvoir – E. Cioran : l’écriture aphoristique comme création d’un espace de rencontre – L’écriture aphoristique comme espace polyphonique – L’aphorisme comme écriture de l’exil – L’écriture aphoristique comme principe de connaissance – Redéfinition de la lecture à travers l’écriture de la peinture chez V. Segalen et H. Michaux – Ecriture sur la peinture et écriture à partir de la peinture : quels genres d’énoncés ? – V. Segalen : peinture et exotisme de l’espace – H. Michaux : l’élaboration d’une parole plurielle en regard de la peinture – Remise en question de la perspective mimétique de l’écriture – Peintures de V. Segalen : l’écriture comme peinture – H. Michaux : la peinture comme écriture et l’écriture comme lecture – La rencontre comme participation – Segalen : quand la sollicitation de l’autre met en question le statut du « je » – Mise en question de la fonction structurante de l’écriture par Michaux – Le poète, l’aphoristicien et le musicien – Segalen : écrire pour la musique – Entre la musique de l’autre et l’idée d’une musique autre – Musique et mise en espace de l’écriture – Odes : où l’écriture se substitue à la musique – Cioran : la musique ou l’autre nom du monologue – La musique, le même et l’évidence – La musique et la mort – Michaux et la musique : la « déclaration anti-musicale » – La pratique musicale comme écoute – Perspective didactique du discours sur la musique.