Show Less
Restricted access

Le Barbare

Images phobiques et réflexions sur l’altérité dans la culture européenne

Series:

Jean Schillinger and Philippe Alexandre

Le barbare apparaît comme une figure centrale et protéiforme de la culture européenne. Il est à l’origine l’autre, l’étranger méprisé par les Grecs, redouté et parfois admiré par les Romains, qui finiront par lui assigner une place dans leur Empire ; il est, au Moyen Age, le Sarrasin ou l’hérétique, celui qui rejette le christianisme et reste étranger à la civilisation. La réflexion sur le barbare impliquera, tout au long de notre histoire, une interrogation sur l’altérité et l’identité, qui pourra déboucher sur une remise en cause de la légitimité revendiquée par la civilisation. Le barbare suscite peur et répulsion, mais il peut aussi devenir un modèle, voire un espoir de régénération pour une civilisation qui se sent vieillissante.
Les études réunies dans ce volume proposent une approche différenciée des représentations liées au barbare et s’attachent à en examiner, dans des époques et des aires culturelles différentes, les modes d’expression, mais aussi les possibles instrumentalisations. Le rejet de l’autre, barbare, apparaît dans ses liens avec la construction de l’identité de la nation et la mise en place de ses mythes fondateurs.
Contenu : Jean Schillinger/Philippe Alexandre : Introduction – Joël Bernat : « Je est barbare », et notre inconsolable besoin de barbarie – René Hodot/Patrick Jouin : Barbares, barbarismes et barbarie dans le monde gréco-romain – Emilia Ndiaye : L’altérité du « barbare » germain : instrumentalisation rhétorique de barbarus chez César et Tacite – Patrick Del Duca : L’homme sauvage dans la littérature médiévale – Vasile Maruta : Dracula - barbarie ou cruauté ? – Jean Schillinger : Vos barbaros esse minime credo. Stratégies d’humanistes allemands face à un stéréotype italien – Bruno Toppan : La revanche du Barbare. Evolution du concept de « barbare » en Italie de Machiavel à Manzoni – Françoise Knopper : Religion, violence et barbarie dans les relations de quatre missionnaires en Amérique latine au XVIIIe siècle – Roland Krebs : Le sauvage, le barbare et le civilisé dans le Voyage autour du monde de Georg Forster – Gérard Laudin : L’intégration de la barbarie à la civilisation : brutes, barbares, sauvages, despotes et doctrinaires d’Iselin à Hölderlin – Konrad Harrer : La barbarie chez Heinrich von Kleist – Camille Jenn : Barbares et barbarie : représentations dramatiques et fonctions idéologiques dans les drames patriotiques de Heinrich von Kleist et Christian Dietrich Grabbe – Philippe Alexandre : La victoire de la civilisation sur la barbarie. Réflexions sur le roman Bas les armes ! de Bertha von Suttner – Eberhard Demm : L’image de l’ennemi dans la propagande allemande et alliée pendant la Première Guerre mondiale – Hans-Christof Kraus : Deux peuples dans le débat des historiens. Les relations franco-allemandes vues par Jacques Bainville et Johannes Haller – Annie Bourguignon : Culture allemande contre germanophilie. Les prises de position intellectuelles et politiques de quelques publicistes et écrivains scandinaves de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle – Marie-France Rouart : Le Barbare comme solution, ou l’art de jouer avec les phobies culturelles. Les Quarante jours du Musa Dagh (Werfel) et Clea (Durrell) – Nadine Willmann : Le barbare dans l’œuvre de Günther Weisenborn. De la tentation apologétique à la condamnation – Stanisław Fiszer : Witold Gombrowicz et Zbigniew Herbert, deux « barbares » dans le jardin de la civilisation occidentale – Françoise Lartillot : La fable différée du Barbare. La fonction éclairante de la maladie dans le dispositif d’Evelyn Schlag.