Show Less
Restricted access

Le goût dans tous ses états

Series:

Michel Erman

Le mot « goût » renvoie d’abord au sensoriel, et particulièrement au domaine de la gastronomie, mais ce n’est pas là son seul registre. Depuis le moyen âge, on l’emploie pour dire l’envie ou le fait de plaire et, au siècle classique, il a pris par métaphore le sens de jugement esthétique. D’où les notions de « bon goût » et de « mauvais goût » qui apparaissent à cette époque dans le domaine artistique, et que l’on retrouvera érigées en critères dans l’ Encyclopédie de Diderot et D’Alembert.
Signe de la subjectivation du bon comme du beau dans la modernité, le goût n’en obéit pas moins à des normes culturelles fortes si bien qu’il est, à la fois, un signe de distinction et un signe d’appartenance à une communauté. En cela il participe de cette lutte pour la reconnaissance qui habite tout un chacun dans la relation à autrui. Rien d’étonnant donc à ce qu’il fasse l’objet de représentations multiples que sociologues et linguistes, anthropologues et spécialistes d’histoire littéraire s’attachent à examiner dans cet ouvrage.
Contenu : Michel Erman : Introduction – David Le Breton : Du goût en bouche au goût de vivre – Gaëtan Brulotte : Pour un imaginaire du goût – Samir Bajrić : Quelques réflexions sur le mot goût et ses dérivés : langues romanes, germaniques et slaves – Béatrice Fink : Fiat Lux : La sublimation des saveurs Michel Erman : La langue qui goûte et la bouche qui parle – Michel Messu : La critique sociale du jugement de goût revisitée – Mariette Julien : Le « mauvais goût » au goût du jour – Dominique Paquet : Le dégoût chez Joris-Karl Huysmans – Carol Murphy : (Dé)goût. Jean Paulhan sur le langage pictural de Jean Fautrier – Daniel Bougnoux : Entre saveur et savoir, quels partages du goût ?