Show Less
Restricted access

L’autobiographie d’Athanasius Kircher

L’écriture d’un jésuite entre vérité et invention au seuil de l’œuvre- Introduction et traduction française et italienne

Series:

Giunia Totaro

Athanasius Kircher (1601/2-1680) fut l’un des derniers polygraphes du monde occidental.
En dépit des avancements des dernières décennies, les études sur ce savant souffrent encore d’un retard accumulé il y a plus qu’un siècle ; une lacune majeure concerne son autobiographie ( Vita, Augsbourg 1684). Ce travail se propose d’étudier cet ouvrage en adoptant une approche philologique, afin de parvenir à une analyse contextualisée de ses contenus.
Pour la première fois, le texte original latin de la Vita est intégralement publié, amendé et traduit en français et en italien. Une confrontation directe est instituée entre les éléments essentiels de la biographie historique de Kircher (préalablement reconstruits grâce aux sources manuscrites et à la littérature secondaire) et le récit autobiographique. Les données tirées de l’exégèse du texte sont ensuite employées pour aborder d’un nouveau point de vue certains lieux de la biographie de Kircher qui ont toujours fait l’objet de descriptions divergentes de la part des critiques. De même, les décalages entre le texte de la Vita et les faits historiques avérés sont employés comme point de départ pour un questionnement des matériels qui permet de mettre en évidence un remaniement volontaire et conscient des données de la part de Kircher.
Contenu : Introduction : Heurs et malheurs d’Athanasius Kircher - La condamnation - Le « phénomène Kircher » - Notice biographique - Quelques considérations supplémentaires – Vérité publique et vérité privée. Le remaniement des faits dans la Vita : La date de naissance de Kircher : 1601 ou 1602 ? - La rencontre avec Peiresc - Le voyage à destination de Rome - Vienne, Trieste, Rome, Aix - Les apories du récit de voyage : l’arrivée à Rome - Les premières années romaines : une lacune du récit - Un échec de Kircher : le voyage de Malte - La vocation missionnaire - La fictionnalisation à l’œuvre : le miracle de la Mentorella – L’Edition de la Vita – Transcription du texte original latin – Traduction française – Traduction italienne – Annexes : Lettre de Kircher à Berthold Nihus, Rome le 10 avril 1655 – Lettre d’Andreas Kircher à Kircher, Münster le 28 juillet 1651 – Lettre de Theodor Busäus à Kircher, Rome le 21 mai 1633 – Lettre de Muzio Vitelleschi à Kircher en Avignon, Rome le 31 juillet 1632 – Lettre de Kircher aux cardinaux de la Congrégation de Propaganda fide, non datée (fin de 1638/début de 1639) – Lettre de Hieronymus Ambrosius Langenmantel à Kircher, Augsbourg le 2 septembre 1672.