Show Less
Restricted access

Musiques de roman

Proust, Mann, Joyce

Series:

Hoa Hoi Vuong

Dans le roman moderne, la musique n’est pas seulement un objet de description; elle constitue un modèle formel, un nœud symbolique et une limite vers laquelle tend le langage. La musique sert de pré-texte; un récit s’élabore par-dessus elle, lui impose une grille de langage, mais en retour s’expose au risque d’un débordement de sens.
Parmi les romans à vocation musicale, les œuvres de Thomas Mann, Proust et Joyce figurent autant de passages exemplaires. Dans Le Docteur Faustus, l’écriture de la musique renvoie à un Savoir dominant; Ulysse installe un nouveau dispositif sonore qui croise les motifs verbaux et les fait passer à un état de frénésie inouï; tandis que la Recherche présente peut-être le cas le plus abouti d’une musique verbale pleinement consciente de ses moyens, qui noue la notion d’impression à celle d’accent expressif.
Des textes de Woolf, Schnitzler, Sartre, Céline, Carpentier sont également évoqués dans l’ouvrage. Cette étude littéraire touche nécessairement aux domaines de la musicologie, de la linguistique, de la sémiotique et de la philosophie. La musique est devenue l’une des hantises singulières du roman; cet essai voudrait enquêter sur pareille fascination.
Contenu: Musique – Roman – XXe siècle – Description – Représentation.