Show Less
Restricted access

L'identité européenne de sécurité et de défense

Des coopérations militaires croisées au Livre blanc européen

Series:

André Dumoulin

Les événements militaires au Kosovo et l'implication de l'OTAN dans le conflit posent avec acuité la question de l'avenir et de la consistance de l'identité européenne de sécurité et de défense (IESD). Après le constat du Secrétaire d'Etat américain, Madeleine Albright, en décembre 1998, sur les trois «dangers» potentiels à éviter entre alliés - le découplage stratégique, la duplication des structures de forces et la discrimination entre Etats européens -, il est à craindre que la visibilité de l'identité européenne de sécurité et de défense au sein de l'OTAN recèle encore bien des ambiguïtés.
Dès l'instant où l'Alliance atlantique est bien un outil de contrôle américain sur les Etats européens et sur leurs antagonismes nationalistes, elle devient d'autant un instrument de préservation du leadership américain par neutralisation de coalitions européennes ou d'une prééminence européenne ou moyen d'impliquer les Européens dans des opérations sous contrôle américain.
La sécurité européenne a toujours constitué un concept à géométrie variable. A la fois parce qu'elle prend ses références dans l'histoire complexe et tumultueuse du Vieux Continent mais aussi et surtout parce qu'elle est reliée à plusieurs organisations de défense, telles que l'OTAN et l'UEO, qui agissent en interaction de partenariat et/ou concurrence au service d'une Union européenne en voie d'approfondissement et d'élargissement.
Aussi, la définition d'une identité européenne de sécurité et de défense (IESD) prend le même cheminement et peut tout autant être considérée comme un concept creux que l'affirmation au sein de l'Alliance atlantique - par l'intermédiaire ou au sein de l'UEO, par le jeu coopératif périphérique constitué des différentes politiques nationales - d'une expression politico-militaire particulière. Partant d'une étude entreprise dans le cadre d'une bourse individuelle octroyée par l'OTAN, intitulée «Perception de la sécurité et de la défense des pays européens: vers l'adoption d'un Livre blanc européen de la défense», l'auteur a actualisé l'examen des modes d'expression de l'IESD, y décelant les potentialités autant que les lacunes et les illusions.
Cet ouvrage examine à la fois les paramètres stratégiques, opérationnels et institutionnels de l'IESD, ainsi que l'assise doctrinale à l'élaboration d'un Livre blanc européen de la sécurité et de la défense.