Show Less
Restricted access

Métamorphoses identitaires

2 e tirage

Lucy Baugnet

Tout serait si simple mais si fictif s’il existait une identité, individuelle ou collective, au contenu fixe que l’on pourrait définir telle une substance et caractériser par des attributs spécifiques et constants. Le chercheur qui s’attache à la question de l’identité s’aperçoit qu’il ne pourra trouver qu’une réponse éphémère, saisissant un instant dans le mouvement de construction des choses, fussent-elles symboliques. Bel exemple en effet de forme symbolique que l’identité, ayant pour finalité la reconnaissance, définie dans le rapport à l’altérité, ancrée dans les rapports sociaux, médiatisée notamment par le langage verbal.
Ainsi, lorsqu’on se penche sur ces réalités sociales, politiques et historiques que sont les Etats ou les régions, on prend acte de ce que les critères objectifs d’appartenance territoriale, linguistique, sociale ne suffisent pas à rendre compte de l'identité: on ne peut faire l'économie d'un sujet social connaissant qui, par son discours, se dit et se situe par rapport aux autres et plus généralement à l'environnement.
Ainsi en est-il de l’identité régionale wallonne, étudiée ici dans un contexte de réformes constitutionnelles relatives à la fédéralisation de l'Etat Belge et d'effervescence des mouvements régionalistes.
La problématique est celle de l'influence minoritaire dans le cadre des relations entre groupes, comme processus de représentation et d’idéologisation. La question de l'importance de la parole, porteuse de représentations sociales et moteur de changements sociaux, est dès lors posée.
Contenu: Régionalisme – Mouvements sociaux – Constructions identitaires – Relations entre groupes – Représentations sociales – Changements sociaux.