Show Less
Restricted access

Faber suae fortunae

L’autoformation du sujet chez Mme de Lafayette, Marivaux et Stendhal

Series:

Lilia Coropceanu

Ayant comme point de départ la corrélation étroite entre les domaines de la subjectivité, de l’historicité et de la littérature, Faber Suae Fortunae se donne pour objectif d’analyser les particularités distinctives du processus de l’autoformation du sujet à partir d’un corpus de textes littéraires de la fin du dix-septième siècle jusqu’au début du dix-neuvième siècle. La lecture des romans de Mme de Lafayette, de Marivaux et de Stendhal révèle par conséquent des modes distincts de subjectivation, c’est-à-dire différents modes d’être que les personnages choisissent en vue de « faire œuvre de soi », de se constituer comme sujets éthiques. En suivant cette piste, on pourrait ajouter à la définition existante de la notion du moi selon laquelle « le moi désigne le sujet en tant qu’il se pense lui-même », un composant conceptuel supplémentaire : le sujet en tant qu’il se forme lui-même, qu’il s’engage dans une pratique d’autoformation.