Show Less
Restricted access

Passer par le XIX ème siècle. Les frontières, le capitalisme et l’Occident

Aux origines européennes de l’unification italienne

Thierry Couzin

Il faut passer par le XIX ème siècle pour découvrir selon le mot de Louis Althusser un Continent-Histoire. Ceux qui traversent les Alpes et l’Italie, les rivages de la Méditerranée et les plaines de l’Europe continentale, voire ses prolongements américains, sont frappés par l’extrême diversité des peuples qui habitent ces territoires. L’identité, elle, tient l’historicité de sa définition de la rencontre entre la législation porté par le Code Napoléon avec la fragmentation de ses régions limitrophes qui conduisit en Allemagne philologues, philosophes et historiens à forger le mot nouveau de Volkstum. Ce livre entend répondre aux sollicitations de la société civile et à sa demande de mémoire qui consiste à interroger les morts suivant la formule de Jules Michelet d’après laquelle l’homme est son propre Prométhée. Le printemps des peuples jusqu’à la fuite de Pie IX qui laissa les catholiques déchirés entre leur foi et la citoyenneté constitua un sommet après lequel l’Italie commença à entrevoir sa solution unitaire. Même entre gens qui s’aiment les frontières d’antan expliquent pourquoi ce sont sur leurs cicatrices que le projet européen se construit.
Contenu : L’Etat et ses appareil – La dédifférenciation de l’Etat – La Nation entre Chrétienté et globalisation – Conclusion : Avec l’Europe – Epilogue : Cicatrices de l’Histoire.