Show Less
Restricted access

Les « natures mortes » dans «Le Ventre de Paris» d’Émile Zola

Lieux de rencontre entre littérature et peinture

Series:

Beate Steinhauser

On sait ce qu’est une nature morte, et on sait ce qu’est Le Ventre de Paris, l’une appartenant à la peinture, l’autre à la littérature – des mondes diamétralement opposés. Or, en considérant les descriptions zoliennes des étalages bigarrés des Halles centrales sur le fond de la peinture de natures mortes au 19 e siècle, le présent travail arrive à des conclusions bien différentes. Il montre, d’un côté, ce qu’un genre pictural devient sous la plume d’un écrivain et, de l’autre, comment le roman zolien se présente d’un point de vue pictural. Plaidoyers radicaux pour la revalorisation d’un genre de peinture, portraits implicites des personnages du roman – les « natures mortes » du Ventre de Paris enrichissent toute lecture de Zola.
Contenu : Les « natures mortes zoliennes » au carrefour des arts – Regards littéraires sur la peinture innovatrice du 19e siècle – Ou bien : Regards de peintre sur le sens littéraire du Ventre de Paris – Pour une vue d’ensemble de la rencontre entre littérature et peinture.