Show Less
Restricted access

Chaos et renaissance dans l'oeuvre d'Ernst Jünger

Series:

Danièle Beltran-Vidal

La présente étude souhaite dans un premier temps replacer les débuts de la création littéraire d'Ernst Jünger, son témoignage sur le Chaos, dans son contexte: la culture de guerre. Des deux côtés du front, on observe la naissance d'un nouveau code moral et d'un langage particulier issus de la nécessité de «vivre quand même», en dépit de l'horreur et de l'épouvante. Dans cette perspective, la recherche esthétique de l'auteur dans son journal de guerre apparaît comme subordonnée à ce code né sur le front. La culture de guerre ne meurt pas brusquement le jour de l'armistice; elle dépérit lentement dans les années d'après-guerre, si bien que les écrits de guerre de cette période en font également partie. Sur le champ de bataille, l'auteur a vu sombrer l'ancien monde et, avec lui, la langue de l'héritage culturel. Il se met donc à la recherche d'une nouvelle langue qui pourra transcrire la mutation qu'il pressent dans l'univers. Les nouvelles approches dans l'analyse des textes, en particulier les travaux de Philippe Hamon, permettent de mettre en évidence l'intérêt de la structure descriptive et l'importance des images dans l'oeuvre.
Dans un deuxième temps, on tente de montrer comment Ernst Jünger prend conscience de sa mission d'écrivain, à laquelle il va désormais se consacrer. Il apparaît alors que, poète, l'auteur se doit d'annoncer la Renaissance toujours possible dans un monde pourtant en perdition. Là encore, son esthétique se met au service de sa foi, foi en l'homme, foi dans «le monde et dans son sens». L'art, qu'il va servir, lui semble en apporter la vivante preuve.