Show Less
Restricted access

La structure mnémonique de la «Divine Comédie»

L'«ars memorativa» et le nombre cinq dans la composition du poème de Dante

Luigi De Poli and Faculté des Lettres

Dans la Divine Comédie, la narration du voyageur dans les trois règnes s'appuie sur une structure spatiale qui rappelle l'amphithéâtre. La distribution des lieux du poème et le caractère particulier des images apparaissent en relation avec les règles de l'art de la mémoire, ou mémoire artificielle ( ars memorativa) énoncées dans les traités de rhétorique, tel l' Ad Herennium. Ces techniques permettent la mise en lumière d'une structure sous-jacente où le nombre cinq constitue l'élément de base. Les obstacles périlleux et les figures étranges que le poète rencontre se disposent selon cette structure quinaire de manière à baliser le parcours. Les cercles de l' Enfer, les corniches du Purgatoire et les figures du Paradis se présentent alors comme des supports mnémoniques aptes à fixer les images et à aider le lecteur à suivre le poète. En investissant à la fois le champ de la création poétique et celui de la narration, la memoria devient la clef de voûte de l'édifice dantesque car c'est par elle que le récit du voyage dans l'au-delà s'impose comme une propédeutique à la vie chrétienne.
Contenu: Importance de la mémoire dans la création poétique dantesque - Images frappantes du poème et imagines agentes de la mémoire artificielle - Structure de lieux fondée sur le nombre cinq; elle constitue la charpente de l'édifice poétique.