Show Less
Restricted access

Des livres à la vie

Lecteurs et lectures dans le roman allemand des Lumières

Series:

Valérie Le Vot

Cette étude analyse les représentations «fictionnelles» de la lecture et les figures de lecteurs dans le roman allemand des Lumières (Knigge, La Roche, Müller, Musäus, Neugebauer, Nicolai, Unger, Wezel, Wieland). Elle vise à définir la contribution des romanciers des Lumières, contemporains et acteurs de la «Révolution de la lecture», à la définition d'un art de lire adapté au nouveau marché du livre ainsi qu'à une littérature romanesque renouvelée. Inscrite dans le prolongement des travaux d'histoire de la lecture et des études de motifs, elle choisit une approche pluriméthodologique inspirée de l'histoire de la lecture, de l'histoire sociale de la littérature et de l'analyse structuraliste.
Le recours massif au motif de la lecture s'explique par son rendement narratif: la lecture soutient, voire crée l'action, en bouleversant l'ordre social, familial et émotionnel qui régit la société romanesque. Mais elle est aussi à l'origine de la formation de nouveaux couples et, partant, d'un nouvel ordre. A la fin des romans, les personnages déposent leurs livres pour se marier, et les livres s'effacent devant la vie. Néanmoins, la lecture a transformé la réalité et placé les lecteurs sur la voie de l'autonomie et de l'identité. Lieux, temps et modes de lecture dessinent également un espace domestique et intime renouvelé. Enfin, les enjeux nationaux du motif sont essentiels: le roman allemand se définit dans un dialogue avec la littérature française, «immorale» et esthétiquement «dépassée», et la littérature anglaise, à l'image plus positive, malgré des réserves à propos de ses dérives moralisatrices.
Contenu: Quels types de lecteurs rencontre-t-on dans les romans contemporains de la Révolution de la lecture? En quoi les représentations romanesques de la lecture contribuent-elles à l'émergence d'un roman moderne? les romans des Lumières cherchent-ils à éduquer leurs propres lecteurs?