Show Less
Restricted access

L’Univers constellé de Proust, Joyce et Faulkner

Le Concept d’épiphanie dans l’esthétique du modernisme

Series:

Hugo Azérad

Cet ouvrage est né du désir d’éclairer une facette du modernisme laissée trop longtemps dans l’ombre: celle du rôle prééminent joué par l’épiphanie, ou ce que nous appelons les voix épiphaniques dans les écrits de grands romanciers du modernisme comme Joyce et Proust. Au cœur de cette réévaluation se trouve l’œuvre de William Faulkner qui catalyse, analyse et synthétise tous les problèmes clés du modernisme (temps/espace, image/métaphore) et qui nous permet, par le biais de son apprentissage littéraire et des jeux d’influence, d’en reconsidérer les enjeux esthétiques. Or, c’est l’esthétique qui nous intéresse avant tout ici, c’est-à-dire l’extraction de tout ce qui motive la création d’une œuvre d’art. Cette approche sous-entend donc un recentrement sur la notion d’art comme expérience privilégiée: expérience du roman, du roman comme expérience de l’art qui est aussi l’expérience du monde. L’armature méthodologique s’inspire surtout de James, Bachelard, Merleau-Ponty, Blanchot, Richard, penseurs à qui l’on doit une approche à la fois purement esthétique et pourtant toujours soucieuse d’un pragmatisme historique. L’utopie de ce livre aspire à se faire concrète en esquissant une esthétique du modernisme, qu’une confrontation textuelle serait à même de faire (re)naître.
Contenu: Les Voix Séminales du Modernisme – Les Voix Temporelles – Les Voix Métamorphiques de l’Espace – Les Voix Epiphaniques.