Show Less
Restricted access

Johann Heinrich Schönfeld

Cécile Michaud

Johann Heinrich Schönfeld et l’Italie : la problématique traitée dans ce livre a permis non seulement d’apporter des données nouvelles sur le séjour de l’'artiste dans la péninsule, mais aussi d’éclairer sa position et son rang dans ce qui fut presque – longues années obligent – un pays d’adoption. L’étude de la relation à l’Italie, au lieu d’enfermer le lecteur dans un point de vue restreint, joue au contraire un rôle essentiel dans la compréhension profonde de l’'univers de l’artiste. Les créations italiennes de Johann Heinrich Schönfeld, qui comptent à ce jour plus d’une centaine de pièces – peintures et dessins – s’inscrivent dans un cadre temporel bien limité : dix-huit ans de la vie d’un homme entre sa vingt-quatrième et sa quarante-deuxième année, entre une jeunesse où tout est à apprendre, à découvrir, et l’âge plus épanoui de la maturité.
Le catalogue raisonné de la production italienne, au-delà  de son apport scientifique, nous révèle ici un artiste qui, très rapidement en pleine possession de ses moyens dans la péninsule, nous laisse des oeuvres d’une profondeur spirituelle et d’une subtilité plastique qu’il n’atteindra que plus rarement par la suite. Dans cet univers éthéré qui est le sien, Johann Heinrich Schönfeld se révèle un fascinant conteur.