Show Less
Restricted access

Écritures de femmes en Belgique francophone après 1945

Series:

Edited By Marc Quaghebeur

La présence des femmes dans le champ de l’Histoire littéraire belge francophone est déjà le fait d’écrivaines du XIXe siècle (Robertsart, Gravière, Bervoets, Nizet, Van Rysselberghe, etc.). Il faut cependant attendre l’entre-deux-guerres pour que des noms – rares encore – s’affirment à l’égal de leurs confrères masculins (Doff, Gevers, Bourdouxhe, Ley, etc.).

Après 1945, le processus s’accélère pour atteindre, au début du XXIe siècle, un rythme de croisière qui tend à rendre peu à peu superflue la question des comparaisons et des positionnements. Ce rééquilibrage salutaire, parallèle aux évolutions de la société, a été préparé par des vagues successives d’écrivaines dont le nom a compté, et qui ont investi des genres ou des univers bien différents et bien différemment (Lilar et Collin, Lejeune et Feyder, Fabien et Lalande, Malinconi et Harpman, Lamarche et Nothomb). Chacune de ces auteures contribue aux avancées du combat des femmes pour la reconnaissance de leurs droits et de leur qualité intrinsèque.

Le volume met en valeur une vingtaine de ces trajectoires. Il porte la focale sur des écrivaines souvent commentées comme sur d’autres, presque oubliées (Watteau), voire méconnues comme auteures de fiction (Delcourt), ou point encore suffisamment entrées dans le corpus des commentaires (Nys-Mazure, Brune, Houari, Hoex, Heuffel). Il témoigne en outre d’une facette peu connue de l’immigration (Nguyên).

Ces parcours individuels, comme ceux des auteures du panoramique qui ouvre ce livre, relèvent tous d’esthétiques singulières, et d’une Histoire. Le livre ne cherche pas à produire, à partir d’elles, un discours essentialiste. Il donne à (re)lire et à faire découvrir des écritures de femmes. On y perçoit souvent clairement différences ou nuances par rapport aux textes contemporains de leurs collègues masculins.

Table of contents