Show Less
Restricted access

Vers l’instant

Lecture de "Portrait d’un inconnu</I> de Nathalie Sarraute

Series:

Elin Beate Tobiassen

Bien des œuvres littéraires posent la question de l’instant. La poésie de la Renaissance accorde une place importante à «l’instant premier». Stendhal cherche à exprimer les différents éléments qui composent «l’instant heureux». Au XX e siècle, la saisie de l’instant préoccupe de nombreux romanciers, comme Marcel Proust, Virginia Woolf ou James Joyce.
Dans cet ouvrage, l’auteur renouvelle singulièrement la lecture du premier roman de Nathalie Sarraute, Portrait d’un inconnu (1948), en considérant ce texte complexe sous l’angle de l’instant privilégié. Attentive aux détails du récit, elle aborde le parcours romanesque comme un mouvement orienté vers un instant littéralement enchanteur et onirique. C’est vers cet instant que le texte de Sarraute converge tout entier, aussi bien dans sa thématique que dans sa mise en forme. Contrairement à ce qu’a pu dire une critique surtout réceptive aux aspects sombres du texte, la présente étude souligne ainsi le caractère crucial des instantanés – les «trésors» – situés au cœur du roman. En se tournant vers le futur au moment même où ils sont sur le point de s’éteindre, les «trésors» étincelants présagent avec subtilité l’instant lumineux qui fera l’objet de la convoitise du narrateur à la fin de l’œuvre.