Chargement...

Animal(ité)

de Anna Kaczmarek-Wiśniewska (Éditeur de volume)
Collections 162 Pages

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos de l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Liste des auteurs
  • Avant-propos
  • À la recherche de soi-même (par intermédiaire des créatures infernales) : Hector Berlioz et « La ronde du sabbat » de Victor Hugo (Małgorzata Gamrat)
  • Serviteur ou éducateur ? L’animal dans les conceptions évolutionnistes de Ballanche, Leroux et Quinet (Tomasz Szymański)
  • La Physiologie du lion de Félix Deriège (1842), ou comment devenir le roi du monde élégant (Edyta Kociubińska)
  • Le voyage en Orient et les animaux : les chevaux et les chameaux (Małgorzata Sokołowicz)
  • La sirène, la sœur de l’homme ? Sur le modèle évolutif des animaux marins dans La Mer de Jules Michelet (Aleksandra Dera)
  • Les Animals ou la zoologie sur scène : La Dame au petit chien et Un Mouton à l’entresol d’Eugène Labiche (Tomasz Kaczmarek)
  • Pour une singerie post-romantique : un macaque rhésus au miroir de l’écriture artiste (Manette Salomon, 1867) (Agnieszka Kocik)
  • Les chats de Monsieur Zola (Anna Kaczmarek-Wiśniewska)
  • Du bonheur des fauves : L’Animale de Rachilde (Anita Staroń)
  • Chat au soleil ou les rapports interespèces (Ewa M. Wierzbowska)
  • Titres de la collection

←10 | 11→

Avant-propos

Le présent volume rassemble les actes de la VIe édition de la rencontre annuelle des dix-neuviémistes polonais, qui s’est déroulée à l’Université d’Opole les 22 et 23 octobre 2020, pour la première fois dans la formule virtuelle imposée par la pandémie mondiale du coronavirus SARS-CoV-2. Cette rencontre, devenue une tradition depuis sa première édition en 2015, réunit autour d’un thème commun les chercheurs polonais spécialisés de la littérature et la culture française et francophone du XIXe siècle. Même dans une version « à distance », cette journée d’études offre une occasion fort propice à l’échange d’expériences, à l’enrichissement des savoirs et des contacts pour un milieu scientifique comprenant aussi bien des autorités de renommée européenne que de jeunes chercheurs en train de se forger un avenir dans le domaine des lettres.

Le sujet de cette sixième rencontre, « Animal(ité) », ouvre de nombreuses pistes à la réflexion sur les divers enjeux de la présence de l’animal dans la production littéraire du XIXe siècle : les manifestations et la signification de cette présence, les procédés par lesquels elle est rendue, son symbolisme et sa portée métaphorique. Si la littérature du XIXe siècle n’est pas la première à représenter l’animal, il est pourtant indubitable que c’est dans cette période, et surtout après 1860, que l’on voit se multiplier les ouvrages, éducatifs ou récréatifs, consacrés aux animaux. Cette présence animalière dans les lettres va de pair avec plusieurs phénomènes d’ordre scientifique, juridique et sociologique : la création des premières sociétés protectrices des animaux, la législation sur les mauvais traitements qui leur sont infligés, l’interdiction de l’abattage des animaux sur la voie publique, la multiplication des animaux de compagnie, l’extension du monde animal connu, la création et le développement des jardins zoologiques… Une transformation profonde des mentalités s’opère alors : l’animal n’est plus une créature différente de l’homme et faite pour le servir, mais un être qui le précède dans la grande chaîne de la Création, dont l’homme constitue le maillon final. Selon une autre modalité, l’homme et l’animal ne constituent pas une série progressive mais l’animal reste présent dans l’homme comme un fond archaïque indépassable, susceptible de résurgences imprévues. L’empreinte de cette conception est repérable dans le roman tout au long du siècle, des « espèces sociales » de Balzac jusqu’à la « bête humaine » de Zola.

Les dix textes réunis dans ce volume, suivant grosso modo l’ordre chronologique de publication des œuvres analysées, prennent en compte ces divers angles de réflexion à partir d’œuvres appartenant à des courants ←11 | 12→littéraires différents, du romantisme jusqu’à la fin du siècle, et de genres variés (poème, pièce de théâtre, ouvrage à vocation scientifique, nouvelle, roman...). À travers des approches souvent transgénériques et transdisciplinaires, les auteurs se proposent de démontrer le statut littéraire de l’animal, le personnage animal et sa relation avec le personnage humain (réel ou fictif), les frontières de l’animalité, l’animal fantastique et métaphorique ou encore la bête devenue objet esthétique dans divers domaines d’art.

Qu’il nous soit permis de remercier ici les auteurs de tous les textes pour leur contribution, apportant, hormis un énorme plaisir de lecture, une riche panoplie de savoirs divers, qui ouvrent de nouvelles perspectives de recherche.

Anna Kaczmarek-Wiśniewska

←12 | 13→

Małgorzata Gamrat

À la recherche de soi-même (par intermédiaire des créatures infernales) : Hector Berlioz et « La ronde du sabbat » de Victor Hugo1/In Search of Oneself (through Infernal Creatures): Hector Berlioz and Victor Hugo’s La ronde du sabbat

Abstract: This text is about the story of a young artist who is unable to fulfill his ideal dreams of woman and love and who loses all his personality trying to achieve it, going so far as to try to commit suicide. This is the Berliozian hero, introduced for the first time in the Symphonie fantastique subtitled Épisode de la vie d’un artiste (Op. 14a) whose sequel is a monodram Lélio, ou Le retour à la vie (op. 14b). This artist owes his return to life to the most terrible nightmares created by his sickly imagination that presented him to the public through the text of Victor Hugo – his ballad La ronde du sabbat (which is enriched by references to Charles Nodier’s Smarra). And those nightmares and infernal creatures are the main subject of this paper.

Keywords: Berlioz, Hugo, Symphonie fantastique, Lélio, infernal creatures in poetry and music

Le héros romantique, personnage conceptuel trop sensible, solitaire, trop émotionnel et au comportement hors norme, est présent dans la littérature dès le XVIIIe siècle. C’est cependant dans la première moitié du XIXe siècle qu’il se développe, investissant d’autres genres et notamment les genres musico-littéraires, ce qui est le sujet de notre étude. Penchons-nous sur l’histoire d’un jeune artiste incapable d’accomplir ses rêves de femme et d’amour idéaux et qui perd toute sa personnalité en essayant d’y parvenir, allant jusqu’à essayer de se suicider. Il devra son retour à la vie aux plus terribles cauchemars créés par son imagination maladive qui sont présentés au public par intermédiaire du texte ←13 | 14→de Victor Hugo – sa ballade La ronde du sabbat (qui d’ailleurs est enrichie par des références au Smarra de Charles Nodier).

Il s’agit là du héros berliozien, introduit pour la première fois dans la Symphonie fantastique sous-titrée Épisode de la vie d’un artiste (op. 14a) dont la séquelle, Lélio, ou Le retour à la vie (op. 14b)2 conclut et explique le sort de ce personnage. Ces deux œuvres, exceptionnelles et uniques dans leurs genres, sont une invention artistique de Berlioz, au même titre que son orchestration novatrice. Elles sont liées par une narration littéraire, des citations et des allusions ainsi que par des motifs musicaux récurrents et une mélodie qui représente cette femme idéale que le compositeur appelle « idée fixe ». Ce qui importe pour cette œuvre, c’est que le sujet en est un artiste et sa vie, et que cet artiste est imaginaire et réel à la fois (Berlioz lui-même). Ainsi l’art et l’artiste deviennent le thème de l’œuvre musicale.

Résumé

Le présent volume se propose de réfléchir sur les divers enjeux de la présence de l’animal dans la production littéraire d’expression française du XIXe siècle. La littérature de cette période n’est certes pas la première à représenter l’animal ; c’est pourtant à cette époque-là que l’on voit se multiplier les ouvrages consacrés aux animaux. Les auteurs, chercheurs dix-neuviémistes, démontrent le statut littéraire de l’animal, le personnage animal et sa relation avec le personnage humain (réel ou fictif), les frontières de l’animalité, l’animal fantastique et métaphorique, ou encore la bête devenue objet esthétique dans divers domaines d’art. Les nombreux aspects la problématique abordée épousent des approches souvent transgénériques et transdisciplinaires.

Résumé des informations

Pages
162
ISBN (PDF)
9783631855621
ISBN (ePUB)
9783631855676
ISBN (MOBI)
9783631855683
ISBN (Livre)
Langue
Français
Date de parution
2021 (Août)
Published
Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Warszawa, Wien, 2021. 162 p., 6 ill. n/b.

Notes biographiques

Anna Kaczmarek-Wiśniewska (Éditeur de volume)

Anna Kaczmarek-Wis´niewska: enseignante-chercheuse à l’Université d’Opole (Pologne). Spécialiste en littérature française de la seconde moitié du XIXe siècle, elle s’intéresse particulièrement à l’oeuvre d’Émile Zola.

Précédent

Titre: Animal(ité)