Show Less
Restricted access

Kann Literatur Zeuge sein?- La littérature peut-elle rendre témoignage ?

Poetologische und politische Aspekte in Herta Müllers Werk - Aspects poétologiques et politiques dans l’œuvre de Herta Müller

Series:

Dorle Merchiers, Jacques Lajarrige and Steffen Höhne

Kann Literatur Zeuge sein? Diese Frage steht im Zentrum der vorliegenden Kongressakten, die aus der Tagung über Herta Müller im November 2012 in Montpellier hervorgegangen sind. Dabei wird das Werk von Herta Müller aus unterschiedlichen und komplementären Blickwinkeln betrachtet: von der Geschichte und der Kulturgeschichte aus, der Ästhetik und der Politik, der Linguistik und der Poetologie, der Psychologie und der Philosophie. Diese Perspektiven verbinden und ergänzen sich, sie beleuchten Spuren einer Ästhetik des Widerstands, die sich in Müllers Werk immer wieder manifestiert, und versuchen gleichzeitig auch erinnerungskulturelle und postkoloniale Fragestellungen auszuloten.
La littérature peut-elle rendre témoignage ? Cette question est au centre du présent volume, qui réunit les actes d’un colloque sur Herta Müller, organisé en novembre 2012 à Montpellier. Les approches sont diverses et complémentaires : historiques et culturelles, esthétiques et politiques, linguistiques et poétologiques, psychologiques et philosophiques. Ces différentes perspectives se conjuguent pour dégager les traces d’une esthétique de la résistance qui se manifeste en de nombreux endroits de l’œuvre de Herta Müller et pour tenter de répondre aux questionnements liés aux cultures de la mémoire et au post-colonialisme.
Show Summary Details
Restricted access

Perception et représentation de la terre natale (Heimat) dans l’oeuvre de Herta Müller: Dorle Merchiers

Extract

DORLE MERCHIERS

Perception et représentation de la terre natale (Heimat) dans l’œuvre de Herta Müller

L’homme contingent que nous sommes définit son identité grâce à son patronyme, sa date et son lieu de naissance. Ce dernier représente généralement pour lui un lieu privilégié, auquel il reste attaché peu ou prou tout au long de son existence. L’allemand désigne ce lieu, unique pour tout individu, sous le vocable Heimat, que le français a du mal à traduire: «terre natale» reste un pis-aller; on peut aussi évoquer «la petite patrie», «le pays», mais aucun de ces termes n’est vraiment satisfaisant. C’est pourquoi nous garderons le plus souvent le terme allemand, car aucune des traductions françaises ne revêt toutes les connotations du lexème Heimat, ni ne rend compte de la dimension affective du «lieu où l’on se sent chez soi» (Daheim).

Les définitions de la Heimat sont nombreuses et variées.1 La plupart d’entre elles la décrivent comme l’espace où l’individu s’enracine et puise son identité culturelle en s’insérant dans la lignée de ceux qui l’ont précédé dans le temps, mais aussi et surtout comme le lieu où sa personnalité peut (en principe) s’épanouir dans sa dimension affective et sociale. Elle représente en effet un environnement relativement restreint, où il apprend à s’orienter et expérimente chaque jour au sein de sa famille et dans l’entourage de ses...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.