Show Less
Restricted access

La reécriture de l’Histoire dans la littérature francophone

Series:

Mohammed Hirchi

Dans ce livre, qui s’inspire en partie du travail de Hayden White, je discuterai la relation entre le discours narratif et la représentation historique et littéraire selon l’approche critique de quatre écrivains contemporains d’expression française, Abdelkebir Khatibi (Maroc), Edouard Glissant (Martinique), Yves Valentin Mudimbé (République Démocratique du Congo) et Assia Djebar (Algérie). Une lecture attentive de leurs œuvres romanesques et théoriques me suggère que le discours narratif n’est pas une forme neutre dont la fonction est la représentation du monde extérieur, mais plutôt une activité qui se développe selon des choix d’ordre ontologique et épistémologique qui ont des implications idéologiques. Je maintiendrai que l’écriture de ces auteurs soulève des questions concernant la légitimité du discours colonial et son incapacité à signifier la subjectivité du subalterne. Ces questions s’inscrivent dans le cadre d’une tentative de redéfinir l’histoire et la culture de leurs sociétés d’origine. Cette redéfinition consiste à briser les barrières séparant la fiction et l’histoire en faisant recours à une écriture métafictionnelle où on a une cohabitation des genres.

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



To refer to history, as to refer to translation or memory, is always to speak of the incomplete, the never decipherable. (Ian Chambers 4)

The very nature of the text is to remain in a state of incompleteness. (Terry Eagleton 35)

Aujourd’hui on assiste à un extraordinaire élargissement de nos perceptions de la littérature et de l’histoire. Les progrès que le début du siècle connaît dans les domaines de la science, de la technologie et des sciences humaines témoignent des changements radicaux qui ont déjà commencé à apporter un coup fatal à « la plupart des repères culturels traditionnels qui possèdent à nos yeux une assurance d’éternité » (Depestre 12). Avec une mondialisation galopante, une perception des frontières nationales de plus en plus problématique et une soif de l’ailleurs, l’écrivain postcolonial est invité plus que jamais à repenser et à réévaluer les notions de l’histoire, de l’identité unique, de l’exil et du transnationalisme culturel. Il est enclin à réinventer une nouvelle poétique de la relation qui se développe en dialoguant avec les composantes sociales et culturelles de son milieu. Ainsi, l’écrivain doit décoloniser en lui « la faculté de langage et de création » (Depestre 17) et célébrer une écriture hybride qui se nourrit à la fois de son particularisme culturel et d’un universalisme ambiant.←1 | 2→

Dans ce projet, qui s’inspire en partie du travail de Hayden White,1je discuterai la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.