Show Less
Restricted access

L’Eclat du voyage

Blaise Cendrars, Victor Segalen, Albert Londres

Series:

Mathilde Poizat-Amar

Que se joue-t-il entre le voyage et la littérature au début du XXe siècle ? Cet ouvrage se penche sur les œuvres de Blaise Cendrars, de Victor Segalen et d’Albert Londres pour comprendre comment s’articulent le voyage et son écriture autour du motif de l’éclat. Dans ces trois œuvres, le lien entre soi, le monde et l’autre est profondément remis en question dès qu’il est question de voyage. L’écriture elle-même a tendance à sortir des sentiers battus et menace d’éclatement certaines classifications narratives, linguistiques, génériques et poétiques. Plus encore, les textes étudiés obligent le critique qui veut les suivre à tracer une trajectoire qui lui est propre afin d’étudier de près les directions prises par ces textes en perpétuelle partance. Ce livre propose de s’engager dans cette trajectoire critique et, tout en cheminant, montre la nécessité de penser conjointement voyage et éclatement, voyage et littérature, et suggère une nouvelle lecture des textes considérés.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 3: Victor Segalen : vers l’impossible

Extract

← 102 | 103 →

CHAPITRE 3

Victor Segalen : vers l’impossible

« Plus loin que les confins il y a l’Extrême, et puis le Grand-Vide, et puis quoi ?»1 s’interroge, non sans inquiétude, Segalen en regardant le toit de sa pagode. Le ton est donné – les grandes interrogations plaisent à celui qui, de la Bretagne à la Polynésie, de Djibouti à la Chine, ne cessera de chercher un sens au vide, de donner une épaisseur aux platitudes, d’inspirer un souffle à l’écriture.2 Cette question-ci, qui porte sur les limites de l’univers tangible autant que de la pensée et de son expression, peut se résumer ainsi : jusqu’où peut-on aller ? C’est-à-dire : peut-on penser au-delà de l’absolu ? Peut-on penser à partir de rien ? Peut-on penser le rien ? L’écrire ? Ces interrogations, Segalen les exprime à plein volume dans Stèles, recueil qu’il publie en 1913 au terme d’une rédaction qui l’a occupé pendant trois ans. Elles sous-tendent cependant l’écriture de la plupart de ses œuvres précédentes, qu’elles soient achevées ou en cours de rédaction, de manière parfois timide, parfois surprenante, parfois éclatante. Jusqu’où vont les voyages de Segalen ? Aux origines de son œuvre, dans ses textes « de jeunesse », qui correspondent à peu près à la période de son séjour en Polynésie, nous partons à la recherche des germes de son esthétique et de sa pensée segalenienne, qu’il développera dans ses travaux ultérieurs. Etudier de plus près cette...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.