Show Less

Poèmes et Aphorismes (1989–2015)

Series:

Giovanna

Voici enfin les œuvres poétiques de 1989 à 2015 de Giovanna. Poète et peintre flamboyante, admirée de quelques-uns des plus grands poètes et peintres du siècle, de Henri Michaux à François Rouan et Pierre Alechinsky, aux côtés d’Hervé Télémaque, de Gherasim Luca et du dernier groupe surréaliste, elle peut enfin être lue et relue, et nous aider à porter le regard le plus juste, le plus fabuleux et le plus caustique sur le monde.

L’esprit d’invention extraordinaire de Giovanna n’aurait sans doute pas été à ce point libéré si elle n’avait pas goûté au fruit du surréalisme. Aujourd’hui nous pouvons, à notre tour, goûter ses textes sans nous reporter à quelque histoire que ce soit. Car cette œuvre existe, comme existe l’œuvre des plus grands humoristes noirs, de Jonathan Swift à Leonora Carrington.

Pour Giovanna, « la poésie c’est changer la couleur de la matière grise ».

Giovanna présente ici ses œuvres dans un poème-manifeste inédit, et elles sont préfacées par Jacqueline Chénieux de sa voix à la fois critique et personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Aporismes

Extract

L’art de se faire un non ou Qui ronge mon frein ? Lichtenberg avait, paraît-il, un accent à couper au couteau. * Quand le Grévisse dit oui, le Dournon dit non. * Elle renversa sa tartine, quelle horreur, du côté des déterminants sociaux. * La supériorité d’une à moitié folle sur un fou à demi c’est qu’elle peut être complètement blonde. * J’ai emmené mon petit fétichiste à l’institut de toilettage. * Je trouve Dieu bien trop maigre pour être honnête et honnêtement Bouddha bien trop gras. * Ma podologue, quelle horreur, est contre le diable au cor. * À Naples, j’ai passé mes vacances à restaurer le goitre de Santa-Chiara, ensuite j’ai fait la Bretagne, un vrai calvaire. * « L’homme n’est rien, l’œuvre est tout » écrit Gustave Flaubert dans une lettre adressée à George Sand. Plus diplomate que lui tu prends une quinte de toux. * Même un pied dans la tombe, je ne veux pas que mon sein succombe. Même les pieds devant, je veux que mon dentier tienne son rang. * Watteau savoir si Sollers chie ou chiale sur les satins de Gilles ! * Aporismes 137 Dieu a créé le célibataire un jour impair. * Dans le domaine des libertés individuelles personne encore, que je sache, n’a porté atteinte à l’onanisme auriculaire. * Je ne dors jamais, je médite à compte d’auteur. * Depuis le Capitole, c’est pour les remercier qu’on les gave. Dans le foie d’oie de Vitruve c’est fou tout ce qu’on y trouve, on y trouve du verre pilé, du verre pil...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.