Show Less
Restricted access

Jacques-René Rabier

Fonctionnaire-militant au service d’une certaine idée de l’Europe

Series:

Michel Theys

Montmartrois né en en 1919, Jacques-René Rabier a vu sa vie professionnelle épouser l’Europe telle qu’elle se construit depuis la « Déclaration Schuman » en 1950. Engagé par Jean Monnet au Commissariat général du Plan, il le rejoint à Luxembourg où vient de s’installer la Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Comme il a une plume que le « père de l’Europe » apprécie, il devient le porte-parole de l’Institution. Son destin est scellé : quelques années plus tard, il jette les fondations du Service de presse et d’information de la Commission européenne dont il deviendra un jour le Directeur général. En 1973, le premier élargissement de la Communauté lui coûte sa place, mais n’entame pas sa passion de servir la cause de l’Europe : c’est en tant que « retraité volontaire » qu’il donnera à la Commission un outil statistique, l’Eurobaromètre, qui continue à faire autorité de nos jours. A travers la vie de ce fonctionnaire militant de l’Europe, ce sont des acteurs, connus et méconnus, de la fantastique aventure qu’a constitué la construction européenne à ses origines qui reprennent vie. A travers le regard posé par ce personnaliste, ce sont aussi les idéaux qui animaient les acteurs de ce saut dans l’inconnu qui se laissent à nouveau apprécier, à mille lieues des moroses réalités actuelles. Cette biographie est un appel : pourquoi ne pas en revenir aux idéaux originels ?

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre I. Miles studiosus

Extract

Chapitre I

Miles studiosus

Dès sa naissance, il était tourné vers la Belgique…

Jacques-René Rabier voit le jour le 16 septembre 1919, rue Francœur à Montmartre. La rue Francœur, c’est « de l’autre côté de la Butte », sur sa face nord, celle qui tourne le dos à Paris. Comme si, d’emblée, ce vrai « Titi » montmartrois entendait signifier qu’il refuserait de limiter ses horizons au seul Hexagone et à la « Ville lumière » qui s’en veut le cœur et la tête.

Ses racines sont parisiennes, mais pas uniquement. La famille Rabier a son origine dans une région située entre Orléans et Blois. Ils viennent très précisément de Josnes, une petite commune du Loir-et-Cher. Leur présence y est attestée dès 1380, lorsqu’un certain Jean Rabier donne un arpent de vignes à l’abbaye de Beaugency pour que soit célébré chaque année son anniversaire. Le 14 janvier 1457, Jacques, abbé de Beaugency, et sa communauté donnent, par une déclaration faite en chapitre, des lettres de confraternité à Mathurin Rabier et à Jeannette, sa femme. Est-ce la raison pour laquelle Mathurin devient un prénom habituel dans la famille ? En tout cas, on en retrouve un autre de 1595 à 1615 : notaire à Villemuzard, puis notaire royal à Beaugency, son nom figure, au cours de cette période, à chaque page des registres des baptêmes, lui qui s’est fait la spécialité d’être le parrain des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.